Pour annoncer l’élection de Biden, la Corée du Nord attend son heure



Pyongyang s’est jusqu’à ce jour abstenu de commenter et même d’annoncer l’élection de Joe Biden, attendant d’en savoir plus sur ce que sera la politique démocrate concernant notamment les accords de Singapour.

Les dirigeants nord-coréens semblent éprouver un sentiment complexe vis-à-vis de la victoire de Joe Biden contre Donald Trump. L’actuel chef d’État américain s’est vanté d’une “bromance” [américanisme désignant une amitié masculine forte] vécue avec Kim Jong-un lors de deux sommets [en juin 2018 à Singapour, puis en février 2019 à Hanoi]. Tandis que les rapports entre Kim et le futur président des États-Unis ont surtout été marqués dans le passé par de violents échanges d’insultes.

Depuis quelque temps cependant, Pyongyang s’abstient de tout comportement agressif à l’égard de Joe Biden, préférant sans doute la prudence en attendant de prendre connaissance de la stratégie de la future administration américaine en ce qui concerne la Corée du Nord.

Un passif de joute verbale entre Biden et Kim

Les relations entre Biden et Kim Jong-un partent donc du plus bas. En novembre 2019, dans un spot de campagne, celui qui n’était qu’un des candidats démocrates a traité le Coréen de “voyou”. L’agence centrale de presse nord-coréenne a immédiatement réagi par ces mots : “Un chien enragé comme Biden doit être abattu.” L’Américain était alors décrit comme un “cinglé décrépit et avide de pouvoir”, en plus d’être “en phase finale de la maladie d’Alzheimer”. Ce qui n’a pas dissuadé l’

[…]

Lire l’article original

Source

Fondé en 1954, Hankook Ilbo, le “Quotidien de Corée”, est l’un des principaux journaux du pays par le tirage. Il est apprécié pour sa ligne éditoriale “neutre” en matière de politique intérieure.
Hankook Ilbo a traversé en 2002 une zone

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire