Violences à Gboguhé et à Zah dans le département de Daloa : Le Ministre Mamadou Touré prône la paix et le vivre ensemble



C’est le 17 Novembre 2020 lors du Conseil politique du Rhdp, que le Président de la République Alassane Ouattara avait donné instruction aux cadres de son parti, le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), de retourner sur le terrain à l’effet de contribuer à l’apaisement du climat social et à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale.

Traduisant en acte cette instruction, ce samedi 21 Novembre 2020, le Ministre Mamadou Touré, par ailleurs coordonnateur régional du RHDP dans le Haut Sassandra s’est rendu à Gboguhé et Zah, deux localités du département de Daloa émaillées de violences à l’occasion de la présidentielle d’octobre 2020.

Malheureusement le bilan est triste : A Zah, l’on enregistre deux morts et des destructions de biens. A Gboguhé, les locaux de la sous-préfecture ont été pillés.

En initiant cette visite dans ces deux localités avec l’appui des autorités administratives du Haut-Sassandra, l’objectif du Ministre Mamadou Touré est de comprendre l’origine de ces violences, aider ces populations à sortir de ces situations et les inviter au vivre ensemble et au renforcement de la paix.

Dans ces deux localités, Ministre Mamadou Touré après avoir exprimé, au nom du président de la République Alassane Ouattara, la compassion de l’Etat de Côte d’Ivoire à toutes les victimes qu’elle qu’elles soient leur bord a apporté le soutien financier de l’Etat. Les victimes de Zah ont reçu un appui de 7 millions F Cfa en raison de 250 mille pour les victimes de destruction de biens et de 500 mille pour les familles endeuillées. A Gboguhé, du ciment, des fers, des ordinateurs, etc. seront mis à la disposition des populations pour la reconstruction des locaux. Puis, dans un langage franc, Il a promis que justice sera rendue pour que ces actes et ces situations déplorables ne se déroulent plus dans ces localités.

Poursuivant, il les a exhortées à faire table rase du passé en se mettant ensemble pour le développement. « L’essentiel doit être le développement. Les violences sont derrière nous. Je ne veux plus entendre parler de cela », les a-t-il conseillées avant de s’adresser particulièrement aux jeunes. « Œuvrer pour l’apaisement dans vos différents villages. Faites-en sorte que la cohésion qui a toujours prévalu dans vos villages continuent d’être une réalité. ».

Aussi, n’a-t-il pas manqué de dénoncer l’acte d’opposition des jeunes de Gboguhé à l’organisation du scrutin présidentiel du 31 octobre dernier. A ces jeunes, il a fait savoir que l’instant d’une élection ne doit pas être l’occasion d’une remise en cause de tous les fondamentaux.

Pour lui, en empêchant l’élection, c’est s’opposer au développement. « Il ne faut pas être contradictoire. En empêchant le vote vous ne devrez pas avoir de préoccupations. Empêcher l’élection c’est empêcher le développement. Si vous avez des préoccupations prenez part aux élections. Respectez les institutions », a-t-il expliqué ajoutant que ne pas prendre part aux élections de la présidentielle dernière fut « une erreur ».

Les populations allogènes et autochtones de ces deux localités ont été sensibilisées à s’impliquer dans la reconstruction des biens détruits dont avec l’appui du Ministre Mamadou.



newsabidjan

A lire aussi

Laisser un commentaire