Adoubé par le Sénégal, le vaccin de Moderna bientôt sur le marché.


Selon le quotidien l’Observateur, le Sénégal a porté son choix sur le vaccin de Moderna pour venir à bout du coronavirus. L’annonce a été faite par le Directeur de la Santé, Dr Marie Khémesse Ngom qui participait à un dîner débat organisé par les anciens de l’Ena de Paris. Selon le Dr Ngom, ce choix s’explique par l’efficacité du candidat de Moderna, mais aussi par son coût qui est moins cher et ses conditions de conservation.

Le vaccin en question peut être stocké dans un simple réfrigérateur et peut se conserver au moins entre 2 et 8 degrés.

Les derniers résultats de la phase 3 des essais cliniques de Moderna ont montré une efficacité du vaccin contre la Covid-19. Sur 196 issus des 30 000 volontaires, 185 sont atteints de covid dans le groupe Placebo contre 11 dans le groupe ayant été vacciné.

Ces résultats très encourageants devraient permettre au laboratoire américain d’obtenir son quitus pour commercialiser le vaccin. Moderna a déposé ce lundi 30 novembre une demande d’autorisation d’utilisation d’urgence auprès de l’Agence de santé américaine. Le comité consultatif de cette instance doit se prononcer le 17 décembre prochain. Si le feu vert est donné, la campagne de vaccination peut démarrer plus tôt que prévu. En même temps, renseigne lesechos.fr, le laboratoire dirigé par le français Stéphane Bancel va également demander ce lundi une autorisation de mise sur le marché (AMM) conditionnelle auprès de l’Agence européenne du médicament (EMA). Ce qui veut dire que le vaccin qui serait efficace à 94,5% est en pole position pour damer le pion à la concurrence.

Moderna utilise une technique de l’ARN messager dont le principe est de communiquer à l’organisme les informations génétiques nécessaires pour déclencher de manière autonome une protection contre le virus. Le vaccin ARNm-1273 induit une réponse immunitaire forte.  

Il faut rappeler que la priorité est donnée aux États-Unis qui ont financé les recherches à hauteur de 2,5 milliards de dollars et se verront remettre en conséquence 100 millions de doses. 

La Biotech américaine a signé des contrats avec le Canada, la Suisse, le Japon, Israël et le Qatar. Elle est en négociation avec l’Union européenne. L’entreprise prévoit de produire 20 millions de doses cette année et entre 500 millions et un milliard en 2021.



Dakaractu

A lire aussi

Laisser un commentaire