Algérie: L’ENIEM de Tizi-Ouzou annonce un arrêt technique d’activités dès mardi


Tizi-Ouzou — Un arrêt technique des activités sera observé dès mardi 1er décembre au niveau de l’Entreprise nationale des industries électroménagères (ENIEM) de Tizi-Ouzou pour une période d’un mois, en raison des contraintes financières et d’une rupture de stocks de matière première, a annoncé lundi sa direction générale.

Selon une note sanctionnant la réunion de son Conseil d’administration (CA), l’entreprise indique être « dans l’obligation d’opter pour un arrêt technique d’activité d’une durée d’un mois (du 01 au 31 décembre), et ce, conformément à la convention collective de l’entreprise ».

Le CA, réuni dimanche, motive sa décision par « la persistance du blocage de la banque pour l’octroi des crédits nécessaires pour le financement des approvisionnements, la rupture des stocks des matières premières entraînant de fait l’arrêt de la production et l’abrogation de la production de l’électroménager à partir de collections CKD ».

Concernant la mise en congé technique, les travailleurs garderont leurs salaires de base augmenté de l’indemnité d’expérience professionnelle ainsi que du maintien des primes et indemnités à caractère familial telle l’indemnité pour salaire unique (ISU). De même qu’il ne sera pas procédé aux différentes retenues mensuelle (prêt social, produit ENIEM, produit UC).

Un service minimum sera, toutefois, assurée durant cette période d’arrêt technique de travail afin de finaliser les travaux à caractère urgent, tel les travaux d’inventaire, de bilan et de gestion de la paie, est-il ajouté dans le document de la direction de l’entreprise.

Contacté par l’APS, le président directeur général (PDG), Djillali Mezouar, a expliqué le recours à cette décision par « la rupture de stock de matière première au niveau de l’ensemble des ateliers », et pointé du doigt « les banques qui ne (leur) fournissent pas de crédits pour l’approvisionnement en matière première ».

Il a, également, ajouté qu' »un lot de marchandises importé par l’entreprise se trouve bloqué au niveau des douanes en raison de l’absence d’autorisation d’importation et d’exploitation de la matière première en CKD/SKD ».

La direction de l’entreprise se réunira à la fin de cette période d’arrêt des activités « pour décider des suites à donner à cette décision selon l’évolution de la situation » a, en outre, précisé M. Mouazer.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire