Congo-Brazzaville: Route nationale n°1 – Aménagement des talus pour protéger la chaussée


A quelques endroits de la nationale n°1, reliant Pointe-Noire et Brazzaville sur une longueur de 535km, les équipes de La Congolaise des routes sont à pied d’œuvre pour assurer l’entretien des talus, afin de prévenir d’éventuels dégâts.

Des talus sont des pentes, de part et d’autre des chaussées, considérés comme ouvrages de fortification des infrastructures routières.

Parfois enrochés, pavés ou bétonnés, ils canalisent le ruissellement diffus des eaux pour les guider vers un endroit adéquat, pour protéger la route contre d’éventuels glissements de terrain et autre incident environnemental, notamment en cette période où les pluies sortent certaines rivières de leurs lits. Encore que la route nationale 1 est jonchée d’une trentaine de rivières.

Pour sauvegarder l’infrastructure en anticipant les dégâts, dont la réparation se fait à grands frais, les équipes d’entretien de la société concessionnaire, La Congolaise des routes, sont à pied d’œuvre pour enrocher ou paver les talus qui méritent de l’être tout en amenageant le circuit de canalisation des eaux en amont.

Par ailleurs, toujours dans le contexte de la protection de la route nationale n°1, plusieurs gares de pesage des poids lourds ont été mis en service au niveau des péages. Les toutes dernières qui viennent d’être opérationnalisées, le 23 novembre, sont celles de Yié, dans le département du Pool, et de Louadi dans la Bouenza. L’objectif étant de contrôler les cas de surcharge de poids qui occasionne des dégradations prématurées des routes. « En dehors de la détérioration des routes, figure aussi le risque important d’accidents, car quand le poids est chargé en dépassant la norme, le véhicule devient difficile à manœuvrer. Le pesage est donc nécessaire pour préserver la route et sécuriser les usagers », a expliqué un employé de gare de péage en plein exercice de contrôle à Louadi.

En rappel, la société en charge de la gestion des routes nationales avait déployé des patrouilleurs, en octobre 2019, le long du corridor Pointe-Noire-Brazzaville, dont la mission est de détecter les anomalies par des rondes de surveillance, veiller à la sécurité des usagers et au bon état de la signalisation… Même si, jusqu’à ce jour, des épaves des véhicules jonchent encore les abords de la nationale n°1, pouvant dégrader cette dernière.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire