les orpailleurs qui parlent «kinyarwanda» dans la Kibira – IWACU


Les habitants des collines Rutorero et Rufumbegeti commune Mabayi craignent une attaque probable d’hommes armés dont certains parlent la langue rwandaise et exploiteraient de l’or dans la Kibira. L’administration provinciale décide de renforcer la sécurité.

Un des sujets qui a marqué la réunion du 18 novembre au chef-lieu de la province Cibitoke se centre sur la sécurité. Dans cette rencontre, l’administrateur de la commune Mabayi, Nicodème Ndahabonimana s’inquiète de la présence d’hommes armés de fusils parlant le kinyarwanda dans la réserve naturelle de la Kibira et qui exploiteraient de l’or. Lors de cette réunion, M. Ndahabonimana a précisé que ces hommes collaboreraient avec certains habitants de la commune Mabayi. Selon l’administrateur, l’exemple typique concerne les forces de l’ordre et de sécurité qui ont appréhendé un groupe de personnes transportant des sacs remplis de vivres traversant la Kibira. Parmi ces dernières, l’une a été retrouvée avec un fusil de type Kalachnikov tandis que les autres ont fui laissant ces sacs. L’administrateur estime que ces groupes armés s’approvisionneraient auprès de la population locale. Pour lui, il peut y avoir un problème de sécurité si on n’arrête pas ce mouvement.

La population craint l’insécurité

A Mabayi et surtout sur les collines Rutorero et Rufumbegeti proches de cette réserve naturelle de la Kibira, la peur est visible sur les visages des habitants. Cette dernière affirme entendre des mouvements de personnes qui s’infiltrent dans la Kibira surtout pendant la nuit. Avec l’exploitation illégale et anarchique de l’or, cette population pense que ce minerai est exporté hors du pays en échange des armes. Certains habitants de ces deux collines passent la nuit sous la belle étoile craignant une attaque probable de ces orpailleurs armés de fusils. Cette population plaide pour des patrouilles nocturnes afin de retracer ces mouvements.

Le gouverneur de la province Cibitoke met en garde tout individu qui collabore avec ces mouvements. «Il sera pris comme un déstabilisateur de la paix et de la sécurité de son pays », a prévenu le gouverneur de Cibitoke en colère. Carême Bizoza promet à la population de renforcer la paix et la sécurité dans cette localité afin de faire face à cette situation qui risque de mettre le pays en danger. Il demande à la population riveraine de la Kibira de signaler à temps toute personne étrangère.



burundinews

A lire aussi

Laisser un commentaire