RDC : le ministère de l’EPST dément toute implication à propos des détournements des fonds identifiés au SECOPE par l’IGF


Le ministère de l’Enseignement primaire secondaire et technique (EPST) dément toute implication du ministre d’Etat Willy Bakonga Wilima dans les détournements, identifiés par l’Inspection générale de Finances (IGF), des fonds liés au financement de la gratuité ou de la gestion du Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants (SECOPE).  

Au ministère de l’EPST, on dit attendre la suite réservée à ce dossier au niveau de la justice.

« Je salue cette enquête de l’IGF. Après elle va transmettre le rapport au gouvernement et au chef de l’Etat qui l’ont initiée et on sait que le rapport va finir entre les mains de la justice qui va nous aider à établir les responsabilités. Qui a fait quoi. Le SECOPE est un service du ministère de l’EPST, son travail est d’identifier les enseignants et les écoles ainsi que le bureau gestionnaire, et le SECOPE transmet les listings des enseignants au ministère du budget qui, à son tour, envoie à la direction de trésorerie et de l’ordonnancement au ministère de finances, après le ministère de finances transmet à la banque centrale et enfin la banque centrale transmet aux banques commerciales où sont rémunérés les enseignants. Donc le ministre de l’EPST ne touche pas à l’argent même lui-même est payé à la banque », a dit à ACTUALITE.CD, Carine Kabututu, la chargée de communication du ministre d’Etat Willy Bakonga.

L’IGF a publié mercredi 18 novembre dernier le rapport de sa mission sur le contrôle de la paie des enseignants par la situation de mise à disposition des fonds au profit du ministère de l’EPST.

Dans ce rapport, l’IGF note également le détournement supposé de près de 62 milliards de FC. Il y a aussi utilisation de fausses factures pour détourner les fonds. Cinq hauts responsables de l’EPST, quelques agents de la direction de la paie et de la direction du trésor et de l’ordonnancement du ministère des finances ont été identifiés comme étant à la base de cette situation. 

Ivan Kasongo



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire