Afro-Club le hit des platines avec Charlotte Dipanda, Ngaaka Blindé et Dadju – RFI Musique


Abou Tall & Dadju.

© Eli and Horace Martins

La nouvelle scène africaine rythme l’Afro-Club cette semaine avec Abou Tall & Dadju, Romeomania & Mike Alabi, Ngaaka Blindé & Paco Briz, Leuz Diwaan G, Anita, One Lyrical, Matadi, Le Flow du Sud, Fally Ipupa & Ninho, Charlotte Dipanda & Singuila et enfin Diamond Platnumz & Koffi Olomide.

Diamond Platnumz et Koffi Olomide dévoilent le clip Waah
Koffi Olomide a répondu à l’invitation de la star tanzanienne Diamond Platnumz qui ne cache pas son amour pour la musique congolaise. Ainsi, après avoir fait danser toute l’Afrique sur le remix de Yope avec Innoss’B, il remet ça sur la chanson Waah dévoilée ce 30 novembre. Diamond et Koffi Olomide se sont retrouvés à Dodoma durant une semaine pour l’enregistrement de ce morceau qui semble s’être fait rapidement après une inspiration soudaine du propriétaire du label Wasafi. Dans la foulée, ils ont mis en place le tournage du clip qui arrive tout juste quelques jours après avoir présenté la version audio au public. Waah est le fruit d’un échange culturel entre la République démocratique du Congo et la Tanzanie. D’ailleurs Koffi Olomide et Diamond Platnumz chantent tous les deux en leurs langues respectives : le lingala et le swahili.

Charlotte Dipanda et Singuila à l’unisson pour Cœur en cage
Nouvelle chanson d’amour à mettre au palmarès de Charlotte Dipanda et de Singuila. Les deux artistes, coach de The Voice Afrique Francophone, chantent ensemble Cœur en cage qui est le nouveau titre de la chanteuse camerounaise Charlotte Dipanda. Ce single, sorti chez Universal Music Africa, est le prélude d’un projet plus grand à paraître au courant de l’année 2021. Fidèle à lui-même, Singuila chante son amour envers sa belle tel un rossignol, son style de prédilection. « Pour toi je veux ouvrir la page. J’avoue, j’avais promis du repos à mon cœur, mais toi tu ouvres une nouvelle page, bébé. Mon amour, je te promets d’être cette épaule sur laquelle tu peux te poser quand tout va mal. Faudra me pardonner, si je manque un peu d’écoute. Fais-moi juste un peu la morale » peut-on écouter dans cette collaboration afro-urbaine à consommer avec modération tout de même.

En RDC, Fally Ipupa convie son petit frère Ninho pour Likolo
Sur le papier, l’affiche Fally Ipupa et Ninho est sans doute la plus inattendue et pourtant ce duo est l’un des titres phares de la semaine. Il faut dire qu’avec Likolo, le tandem de circonstance réalise une belle performance sur un rythme afro à dominante ndombolo. Le clip très coloré, festif à souhait, entre feux d’artifice et promenades à bord d’un yacht, nous met dans l’ambiance estivale et chaleureuse qui nous a manqué cruellement cette année 2020. Ninho délaisse ses rimes abruptes au profit d’une approche toute en chanson et bien auto-tunée, accompagnant avec douceur les envolées dont seul Fally Ipupa a le secret. Combinaison gagnante que nous vous recommandons vivement.

Au Gabon, le rappeur Le Flow du Sud clôture l’année avec Touché
C’est le 15 septembre dernier que Le Flow du Sud a dévoilé son premier album Atlas riche de 13 titres. Le rappeur gabonais est sur une pente ascendante depuis le succès de Flow #6ix9ine paru en décembre 2019. Textes engagés, plume acerbe et positionnement clairement tourné vers la rue, Le Flow du Sud a su renouveler le style rap gabonais qui peinait à se distinguer du reste de l’Afrique francophone ces dernières années. Toujours dans l’optique de donner un coup de pouce à son pays, il a mis en vente cet album chez le distributeur local Gstore Music au prix de 3164 FCFA. En juillet dernier, il sortait Tout nouveau tout beau, un titre au style ikokou, une variété d’afropop typique du Gabon. Puis, il a enchaîné avec Atlético Akanda. Touché est sa dernière sortie de l’année, s’inspirant toujours des réalités du quotidien des jeunes Gabonais. En route pour 2021.

Au Sénégal, le rappeur Ngaaka Blindé & Friends parlent d’immigration clandestine dans Took Fi Tekki
Le rappeur sénégalais Ngaaka Blindé a décidé d’interrompre momentanément la promotion de son double album annoncé depuis février. Ce projet mystérieux qu’il « tease » à grand renfort de publications sur les réseaux sociaux devra attendre encore un peu avant de voir le jour, malgré la sortie du single et court-métrage Finale. Il a convié ses compatriotes Paco Briz, Leuz Diwaan G, Anita, One Lyrical et Matadi à parler d’immigration clandestine alors qu’un bateau de 140 migrants avait coulé au large des côtes sénégalaises en octobre dernier. Une réalité jugée inacceptable par la société civile et qui ne pouvait pas être tue. Dans Took Fi Tekki, Ngaaka Blindé et tous les artistes présents appellent à l’éveil des consciences sur le danger que représente une telle entreprise à la fois pour les candidats à l’immigration, mais aussi pour les familles qui restent et s’endettent parfois pour les frais de voyage.

Le Haïtien Romeomania et l’Ivoirien Mike Alabi chantent Oga
Romeomania est originaire de la Caraïbe et a grandi dans les quartiers populaires de la Guadeloupe. En 2007, il s’envole pour les États-Unis poursuivre ses études et apprendre l’anglais. À peine quelques mois après son arrivée à Miami, il rebrousse chemin pour des opportunités professionnelles qui n’aboutiront pas. La même année, le virus de la musique le contamine. C’est en 2012 qu’il se lance vraiment avec le titre Tout effacer. Deux ans plus tard, il remet ça avec Vis ta vie. 2017 sera l’année de la rencontre avec l’afropop et le dancehall. Il sort Positiver avec DJ Bookey Mania. Carton plein ! La même année, il travaille sur son EP de 5 titres Laisse ton numéro. S’inspirant de ses modèles Fally Ipupa, Youssoupha ou encore Yemi Alade, il poursuit son désir de s’ouvrir aux cultures africaines et c’est dans cette optique qu’il collabore avec l’Ivoirien Mike Alabi avec qui il sort le titre Oga. Il s’agit du premier extrait de son premier album studio Tout n’est que vanité à paraître au premier trimestre 2021. Un album dont les couleurs seront exclusivement panafricaines si l’on en croit ses dernières sorties avec les artistes ivoiriens Rico Amaj et Shado Chris

Abou Tall et Dadju se retrouvent brièvement pour la chanson Cadenas
Abou Tall nous replonge dans l’univers du groupe The Shin Sekaï le temps du morceau Cadenas, extrait de son premier album Ghetto chic. Un aboutissement pour le rappeur parisien d’origine sénégalaise qui poursuit sa carrière solo depuis la séparation du groupe en 2017. Un album de 17 titres avec en guise d’invités, des acteurs de la scène urbaine française tels que Lynda, Lefa, S.Pri Noir et bien sûr Dadju. C’est d’ailleurs cette collaboration qu’il a décidé de mettre en lumière avec un clip à la hauteur de la chanson. On retrouve la complicité et la connexion qui a fait leur succès de l’époque. Cadenas est un hymne à l’amour et au r’n’b des années 1990, le tout tourné réalisé dans le cadre luxueux d’un manoir en compagnie de jolies filles. Une pépite musicale pour le plus grand plaisir des nostalgiques de Shin Sekai.

Tous les titres de cette sélection sont à écouter dans la playlist de DJ Face Maker sur Deezer et à regarder sur YouTube avec RFI Musique.



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire