Cameroun: Elections au Gicam – Célestin Tawamba veut rempiler


Une conférence de presse virtuelle tenue jeudi dernier par son équipe de campagne.

Célestin Tawamba, 54 ans, président sortant du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), brigue un nouveau mandat de trois ans, à l’occasion de l’élection prévue le 16 décembre 2020. Une conférence de presse virtuelle (au moyen de l’application Zoom) a été organisée jeudi 26 novembre dernier par son équipe de campagne, qui, à l’occasion, a décliné la vision du candidat. L’action de l’industriel, s’il est réélu à la tête du mouvement patronal, devrait se décliner en quatre axes : plaidoyer auprès des pouvoirs publics ; plaidoyer auprès des organisations syndicales, actions en faveur des Pme et transformation du mouvement patronal lui-même.

Globalement, il est question de rendre les entreprises plus fortes, ce qui devrait profiter à l’économie nationale dans son ensemble. « Pour faire gagner le Cameroun, faisons gagner l’entreprise », relève son équipe de campagne. Cela passe, entre autres choses, par la levée de divers obstacles liés aux investissements, à la croissance, mais aussi à la confiance, selon des colistiers de M. Tawamba. L’attractivité du pays doit être accrue, et les conditions d’un rebond réel de l’économie post-Covid réunies. Mais ce n’est pas tout.

S’il est réélu, le président sortant du Gicam compte faire de l’accélération de l’apurement de la dette intérieure un chantier d’envergure. Célestin Tawamba promet aussi d’œuvrer pour le changement de perception négative du chef d’entreprise par l’administration, afin de créer un climat de confiance et de respect mutuel. Ceci pour une collaboration durable entre le Gicam et l’administration.

Sur un autre plan, il est question de placer l’avenir de l’emploi, et spécifiquement l’emploi des jeunes, au centre de l’agenda social national. « L’entreprise est le passage obligé pour la sortie du Cameroun des crises, notamment en s’attaquant à toutes les pesanteurs qui brident les volontés et étouffent les énergies », estime le président du Gicam.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire