Cameroun: Développement du Bassin du Lac Tchad – Des moyens supplémentaires


Deux conventions signées hier au ministère en charge de l’Economie pour l’amélioration des conditions de vie des populations.

Hier au ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) a eu lieu la cérémonie de signature de deux accords de financement en faveur du projet « Facilité régionale pour la stabilisation du Bassin du Lac Tchad-fenêtre du Cameroun ». L’un des accords a été signé entre le gouvernement de Grande-Bretagne et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) d’un montant d’1,1 milliard de F tandis que l’autre a été conclu entre le gouvernement français et le PNUD pour un montant de 164 millions de F. La cérémonie présidée par Alamine Ousmane Mey s’est déroulée en présence du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense et de l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Cameroun, l’un des leaders dans cette opération de stabilisation. Dès le début de la cérémonie, une vidéo de huit minutes sur l’impact de ce projet sur le terrain a été projetée. On a alors vu des populations témoigner de ce que ce projet de stabilisation avait changé leurs vies en favorisant leur réintégration socio-économique.

C’est en fait le 17 juillet dernier que ce projet a été lancé à Niamey au Niger à destination de quatre pays : le Cameroun, le Tchad, le Niger et le Nigeria. Le PNUD-Cameroun a, dans cette logique, développé deux axes d’intervention : la stabilisation immédiate des zones spécifiques, débarrassées de l’emprise de Boko haram mais où les communautés restent vulnérables; et la mise en œuvre des activités communautaires le long des couloirs humanitaires en relation avec les forces de sécurité et les autorités locales. « Le concours des partenaires techniques et financiers au développement nous a permis d’engager au niveau du Cameroun des actions qui ont permis aux différentes parties prenantes de retrouver l’espoir dans certaines localités de la région de l’Extrême-Nord. », a indiqué Alamine Ousmane Mey. Le Haut-commissaire du Royaume-Uni, Rowan Laxton, a indiqué pour sa part que ce « projet est une installation très importante qui peut changer la situation sur le terrain, donner de l’optimisme, et impulser une nouvelle dynamique dans cette région. Nous sommes fiers d’entrer dans ce partenariat ».

Avec ce financement de plus d’1,264 milliards de F, il est question de poursuivre la dynamique qui va au-delà du département du Mayo-Sava où des actions sont déjà visibles mais aussi ceux du Logone-et-Chari, Mayo-Tsanaga avec la construction des infrastructures, « Ceci dans le but de rétablir la confiance au sein des populations, la présence des autorités administratives et des forces de sécurité mais surtout la présence des populations elle-mêmes pour vaquer à leurs occupations », a souhaité le Minepat.



actuniger

A lire aussi

Laisser un commentaire