Algérie: Un système informatique pour le contrôle des marchandises importées


Alger — Le ministère du Commerce a lancé un système informatique pour le contrôle des marchandises importées dans le but d’améliorer la qualité et asseoir la transparence en matière de contrôle au niveau des différentes inspections de Commerce à travers les ports, les ports-secs, les aéroports et les différents postes frontaliers, a indiqué jeudi à Alger le ministre du secteur, Kamel Rezig.

S’exprimant lors d’une réunion dédiée à l’explication de ce système, en présence des différents partenaires, notamment les douanes, la police et la gendarmerie nationale, en plus du secteur de l’agriculture, M. Rezig a fait savoir que la mise en place de ce système intervient en application de l’accord conclu récemment entre les ministères des Finances, de l’Agriculture, du Commerce et des Transports afin d’unifier le contrôle frontalier à travers la constitution de brigades mixtes ayant déjà commencé leur travail le 01 septembre dernier.

Il s’agit par le lancement de ce système d’honorer l’engagement du ministère du Commerce de revoir l’opération de contrôle et les modalités de son élargissement à travers les inspections régionales, a-t-il assuré.

Expliquant le modus operandi du système, le ministre a indiqué qu’une fois l’opération de contrôle achevée par les inspections, le système procède au traçage du conteneur, depuis sa sortie du port jusqu’au point d’arrivée passant par les frontières où les autorités de contrôle peuvent les localiser ce qui permettra leur contrôle à n’importe quel point tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Il s’agit là, poursuit le ministre, de renforcer le contrôle au niveau sites d’arrivée des marchandises, permettant ainsi aux agents de prendre des échantillons pour analyse avant d’envoyer les résultats, en temps réel, via ce système.

Par ailleurs, le ministre a annoncé « des changements à la tête des inspections du ministère du Commerce, touchant 52 chefs d’inspections aux frontières.

Les nouveaux directeurs dont la tâche consiste à protéger la santé du consommateur, auront à suivre des sessions de formation pour l’utilisation de cette nouvelle technique à laquelle prendront part des cadres des secteurs de l’agriculture, des douanes, de la gendarmerie et de la police avec l’emploi des outils numériques.

« A partir de janvier 2021, nous souhaitons assister avec les nouveaux directeurs, à la fin des phénomènes délétères et à ce que la flexibilité et le contrôle seront accordés aux marchandises en exécution du principe de la protection du consommateur et de l’économie nationale », a conclu le ministre du Commerce.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire