Cameroun: Drains pluviaux – L’assainissement continue


Des constructions anarchiques le long d’ouvrages viennent d’être démolies à New Town Aéroport.

De retour des classes ce jeudi 26 novembre, les enfants habitant le long de la rivière Dindè, dans la zone de New Town Aéroport, ont eu une surprise désagréable. Leurs domiciles familiaux respectifs avaient disparu du paysage… A la place, des amas de béton, de tôles, de planches, du mobilier de maison. La pelleteuse de la Communauté urbaine de Douala a été sans pitié pour ces constructions anarchiques. La faute aux parents, qui avaient cru devoir contourner la loi interdisant de construire le long des drains.

Pourtant, d’après les officiels de la Cud, attestées par certaines « victimes », les habitants de la zone avaient été sommés de déguerpir. A plusieurs reprises. « C’est depuis presque cinq ans qu’on nous annonce qu’on va curer le drain. Dernièrement, on a sommé les gens d’en face de déguerpir. Nous nous attendions à ce que le maire de Douala II envoie ses équipes sur le terrain pour nous recenser et nous sommer pour qu’on se dépêche déménager. Subitement jeudi matin la machine de la Communauté urbaine est casser », témoigne Emmanuel Kuate, installé sur le site depuis 18 ans. D’après notre source, plus de 70 ménages ont été détruits. Sur le site, des bricoles de fortune tenant lieu de refuge sont visibles. Des sinistrés y passent la nuit à la belle étoile faute de maison.

A la Communauté urbaine, l’on s’en tient aux textes qui stipulent qu’en termes d’emprises, la distance minimale à respecter aux abords des drains pluviaux est de sept mètres. « Suite aux dernières inondations, ce sont les populations elles-mêmes qui interpellaient les autorités compétentes par rapport à l’urgence de déguerpir les zones jugées trop sensibles, afin qu’elles ne vivent plus ce qu’elles ont vécu », a appris CT d’une source introduite à la Cud.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire