Des sénégalais accusent la police marocaine d’avoir saccagé leurs marchandises estimées à plus de cent millions


Ils étaient bloqués dans le désert du grand Sahara occidental. Avec la perspicacité des autorités sénégalaises et malgré leur difficile séjour, ils ont pu rentrer au Sénégal. Mais ils avaient laissé certains de leurs bagages sur place faute de moyens. Tamsir est un de ces Sénégalais victimes de la « détention à ciel ouvert » dans le désert à cause des frontières fermées. Pis, depuis quelques jours, Tamsir et ses concitoyens ont vu leurs bagages être détruits par la police marocaine alors que les propriétaires les acculent et certain parmi eux ont maille avec la justice.
 
« On n’avait pas assez de temps pour prendre toutes les marchandises que nous avions immobilisées dans le Sahara occidental vers la zone de Kandahar. Avec le blocus levé, nous sommes revenus au Sénégal. Mais ces marchandises étaient en partance pour Casablanca. Ce sont plusieurs véhicules que nous avons confiés à des gardiens », raconte ce chauffeur qui fait la navette Dakar-Casablanca.
Poursuivant, il déballe : « À la mi-novembre, ces mêmes gardiens nous ont informé que les policiers marocains ont commencé à brûler nos marchandises prétextant qu’ils vont dégager la voie pour faire du bitumage. Ils ont saccagé tout, d’autres véhicules, et mis en fourrière nos véhicules sans nous avertir avant de chasser les gardiens. C’est plus de cent millions que nous avons perdus… »
D’ailleurs, « nous sommes dans une situation inconfortable, parce que les propriétaires des bagages nous réclament leurs biens. Présentement, il y a plusieurs plaintes qui nous attendent dans les commissariats et les gendarmeries. Raison pour laquelle nous sollicitons la clémence de l’État afin que nous récupérions nos fourgonnettes et biens… »



Dakaractu

A lire aussi

Laisser un commentaire