Afrique: FPMA – Les Etas africains sensibilisés à préserver leurs patrimoines naturels


La 28ème réunion ordinaire du Conseil d’Administration du Fonds pour le Patrimoine Mondial Africain s’est clôturée hier ; jeudi 3 décembre 2020, après trois jours de travail intense avec les délégués internationaux africains.

L’intérêt de cet événement a porté sur la promotion du patrimoine mondial en RDC notamment, ces parcs nationaux que possède la RDC, à savoir : les Parcs nationaux de Virunga, Garamba, Kahuzi-Biega, Salonga ainsi que la réserve de faune d’Okapi. Ces sites sont malheureusement inscrits sur les listes en péril, et il était nécessaire que les membres du Fonds du Patrimoine Mondial Africain se réunissent afin de trouver des moyens à mettre en œuvre pour faire rebondir ces richesses importantes. Cette réunion avait plusieurs objectifs dont : Présenter la convention du patrimoine mondial et ses organisations afin d’évaluer sa mise en œuvre en RDC, en conjonction avec l’Agenda 2063 et améliorer sa situation actuelle ; sensibiliser le patrimoine mondial en Afrique. Mais aussi celui de fournir une plate-forme interactive et de partage d’expériences et de collecter des fonds qui aideront la FPMA à faciliter son travail.

Au sortir de la ladite session, le Président de la FPMA, M. Vusumuzi Mkhize, a déclaré qu’il a été demandé à tous les Etas Africains de soutenir ce patrimoine mondial, car il constitue leur identité, mais aussi parce qu’ils doivent faire les choses pour ce patrimoine sans attendre forcement qu’on les fasse à leur place, et enfin qu’ils puissent parvenir à écrire leur propre histoire. En visant au changement des aspects négatifs, ces pays sont censés promouvoir leur africanité et de travailler ensemble pour atteindre le sommet, a-t-il affirmé. L’équipe a aussi misé sur l’insertion d’autres sites naturels dans le patrimoine mondial. Un autre aspect a été la démarche sur le partenariat avec les secteurs privés en Afrique, afin que ceux-ci participent au fonds de sorte que les jeunes se sentent aussi fiers de leur identité.

Rappelons qu’il a été créé conjointement, depuis 2006 par l’Union africaine et l’Unesco, le FPMA qui a pour mandat de soutenir l’identification et la préparation de sites africains, pour l’inclusion sur la liste du patrimoine mondiale ; d’assister efficacement les actions de conservation et de gestion des sites naturels et culturels du patrimoine mondial en Afrique ; de soutenir la réhabilitation des sites qui sont en péril ; former les professionnels du patrimoine et les gestionnaires des sites pour une bonne conservation et protection ; et d’assurer le développement durable sur et autour des sites.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire