Cohésion sociale : Lookman Sawadogo apporte sa contribution à travers « Se réconcilier ou périr, chronique d’une nation en sursis… »


L’ouvrage présenté le jeudi 3 décembre 2020 aux journalistes à l’hôtel Amiso parle de la réconciliation en approfondissant les questions autour du sujet qui cristallise toute la nation.

Le livre évoque la réconciliation sous un angle qui n’est pas celui qu’on a jusque-là retrouvé sur la place publique avec le choix fait par l’auteur de tremper sa plume dans l’encrier d’un sujet, si complexe et si controversé. « Se réconcilier ou périr » est l’un des livres qui apportera une énorme contribution à l’effort politique et intellectuelle à même d’enrichir les discussions et les décisions en matière de paix et de réconciliations au Burkina.

L’auteur présentant son livre

L’ouvrage qui comporte 8 parties s’ouvre par ce que l’auteur appelle « les variantes de la réconciliation ». Dans cette partie, c’est une contextualisation des faits avec préalablement la présentation de l’état des lieux d’une nation qui se tuerait à petit feu à travers ce que l’auteur a chapitré « le prosélytisme d’Etat », « les conflits ethno communautaires », « la montée de l’ethnocentrisme et les ethno différenciations », « le déséquilibre et centralisme dans le développement », « l’antiterrorisme ou la fabrique de la stigmatisation ».

La deuxième partie qui s’articule « marche aux pas forcés vers la réconciliation » rappelle les tentatives de réconciliation avortées infructueuses. Des personnalités de toutes les sensibilités sont citées comme des « champions » de la réconciliation. On note le rôle inédit de feu Salif Diallo dans le processus de réconciliation. L’Etat, la laïcité et les groupes armés civils sont aussi abordés dans cette partie.

Lookman Sawadogo termine son œuvre sur la tenue des élections de 2020. Ce choix qualifié de « mauvais » par l’auteur s’explique par la crainte que les hommes et les femmes qui sortiront des urnes risquent de ne pas disposer d’une légitimité suffisante.

Dr Dramane Konaté (au centre) a assuré la présentation de l’ouvrage

L’œuvre qui invite à tirer profit du contenu pour mieux juger de la situation nationale donne des informations et des enseignements, mais aussi des propositions concrètes sur l’état clinique de la nation actuelle et comment en sortir. Car c’est de cette nation actuelle que sortira la nation future qui porte l’avenir de tous et surtout des enfants du Burkina.

Préfacé par Mme Juliette Bonkoungou en sa qualité de femme politique, juriste, ancienne diplomate, ancienne ministre et ancienne présidente du CES, l’œuvre écrite en 191 pages aux éditions Plum’Afrik dans un style limpide et dans une tonalité satirique est une invite à la réconciliation, gage du développement harmonieux de du Burkina.

J.E.Z

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire