Afrique: Le succès de la zone de libre-échange continentale africaine


Le succès de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) est la véritable épreuve pour réaliser un boom en matière d’économie et du développement souhaité, a affirmé le premier ministre Moustafa Madbouly, qui a été délégué par le président Abdel Fattah Al-Sissi au sommet virtuel sur le lancement de la ZLEC.

Le sommet d’aujourd’hui doit plus que jamais pousser à faire davantage d’efforts afin de préserver la dynamique atteinte sur la ZLEC, a dit M. Madbouly, jugeant nécessaire de continuer à prendre des mesures efficaces et déterminées qui assurent le succès de la zone de libre-échange continentale africaine, y compris l’accord sur tous les éléments techniques nécessaires.

L’Egypte, précise-t-il, salue les efforts déployés par le président du Niger, Mahamadou Issoufou, pour activer l’accord sur la ZLEC, le Conseil des ministres africains du commerce, et le conseil ministériel chargé de l’accord de libre échange, qui étaient en session permanente récemment pour accélérer le fait de trouver un accord sur les points techniques en suspens.

Selon le chef du gouvernement égyptien, l’Egypte est pleinement convaincue de l’importance de la libéralisation du commerce entre les pays du continent en faveur des efforts de développement, ce qui s’est reflété sur notre attachement à être parmi les premiers pays qui ratifient l’accord.

Le premier ministre a souligné l’importance de parvenir à un consensus sur les points en suspens concernant les règles d’origine au plus tard fin juin 2021, jugeant nécessaire de respecter le calendrier fixé pour terminer ces points lors de la première étape des négociations.

Et d’ajouter que l’Egypte encourage les autres pays, qui n’ont pas encore ratifié l’accord, à le faire pour activer pleinement la zone de libre-échange continentale africaine dès que possible.

M. Madbouly a souligné la nécessité d’entamer la deuxième étape des négociations, qui concerne l’investissement et la protection de la concurrence et de la propriété intellectuelle, et de l’achever en décembre 2021 selon le calendrier proposé, ces sujets étant prioritaires pour les pays du continent.

La communauté africaine assume une véritable responsabilité de promouvoir les réseaux de l’infrastructure pour faire réussir l’accord sur la ZLEC, de communiquer avec le secteur privé et les hommes d’affaires et d’assurer les garanties nécessaires pour soutenir les industries locales stratégiques en Afrique afin de créer des conditions favorables à la réalisation du développement durable que mérite notre continent, a expliqué M. Madbouly.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire