Angola: L’Exécutif angolais donne la priorité aux politiques d’attraction des investissements


Luanda — Le Président de la République, João Lourenço, a déclaré ce samedi que, dans le contexte des réformes que l’Exécutif angolais est en train d’introduire, les politiques visant à attirer davantage d’investissements sont une priorité.

S’exprimant lors de la 13e session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’Union Africaine (UA), qui s’est tenue à Johannesburg, en Afrique du Sud, par vidéoconférence, l’homme d’État angolais a souligné que l’économie angolaise se veut de plus en plus ouverte au monde.

Il a souligné que l’Angola recherche dans cet espace les complémentarités nécessaires pour garantir le progrès social et le bien-être des Angolais.

« Nous développons un programme sérieux pour améliorer l’environnement des affaires en Angola, en partenariat avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, afin que la position de l’Angola dans le classement mondial des affaires s’améliore dans les années à venir », a-t-il indiqué.

Toujours dans ce domaine, João Lourenço a fait savoir que le pays améliore également l’environnement macroéconomique, consolidant les finances publiques et améliorant les comptes internes et externes.

Il a également évoqué le programme de stabilisation macroéconomique que le pays développe avec le Fonds monétaire international depuis décembre 2018, qui, selon le premier citoyen angolais, fonctionne avec succès.

Selon João Lourenço, toutes les évaluations sont positives, ce qui est un facteur de confiance de la communauté financière internationale concernant les réformes en cours.

Le sommet a été dédié à la Zone de libre-échange continentale africaine.

Sur les 54 États africains, 30 pays ont déjà ratifié le traité de la Zone de libre-échange, dont l’Angola. Il entre en vigueur en janvier 2021.

Dans une première phase, elle conduira à l’élimination des droits de douane sur 90 pour cent des produits.

L’objectif de l’UA est de créer une grande zone de libre-échange, avec un marché estimé à 2,5 trillions de dollars.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire