Cameroun: Elections régionales – Un « sans fausse note » ensanglanté


Les deux collèges électoraux pour l’élection de conseillers régionaux étaient aux urnes hier dimanche 6 Décembre. Dans une sérénité teintée d’attaque des séparatistes du NOSO et le décès de deux chefs traditionnels.

Le journal Le Soir revient sur le point de presse de la tutelle des élections pour parler de « Scrutin sans fausse note ». Pour le journal, C’est ce que l’on peut retenir de la déclaration le 06 décembre 2020 au soir jour du scrutin, du Ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, agent du gouvernement dans le processus électoral. Pour le Minat, aucun incident majeur susceptible d’entacher le bon déroulement de ces élections ou leur crédibilité n’a été signalé par les autorités administratives et les forces de l’ordre…

Et pourtant, reprend le quotidien le Messager, il s’est agi d’un « Scrutin sanglant dans le NoSo ». Et pour cause, Un conseiller municipal froidement assassiné par des séparatistes, un prête grièvement blessé, des véhicules calcinés. Il faut aussi noter les décès de deux chefs traditionnels dans les régions du Nord et du Sud du pays. Ils sont tous deux décédés après avoir accompli leur devoir de vote.

Le Social Democratic Front, principal parti de l’opposition quant à lui était dans la tourmente. La Nouvelle Expression annonce que malgré les prescriptions de la hiérarchie,« Le Sdf aux urnes».De fait, Des dissidents du Social democratic front ont défié le mot d’ordre lancé par Fru Ndi. Des sanctions en perspective.

Pour sa part, la Voix du Centre voit en ces Régionales2020 «Le bal des caciques et des vieillards». Ayant fait leur classe dans les arcanes du pouvoir pendant de longues années, et pour la plupart âgés de plus de 70 ans, ces caciques ne cessent d’afficher leur obsession à s’éterniser aux commandes. Il s’agit plutôt «Du neuf avec du vieux». Pour le journal L’independant, Ceux qui ont longtemps torpillé la décentralisation se positionnent pour contrôler les Régions. S’achemine-t-on vers un nouveau marché de dupes entre gouvernants et gouvernés? Jeux enjeux des élections de la décentralisation tant souhaitée.

Une élection qui a consacré le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais au pouvoir comme parti unique ultra dominant. Dans le Sud comme les autres localités du pays, le parti de la flamme a exprimé son hégémonie. Du coup, le journal Essingan distribue les bons points. Dans le Grand-Sud, le journal désigne «Les artisans du raz-de-marée du Rdpc». La mission commando des ministres Henri Eyebe Ayissi, lors de la sélection des candidats en septembre dernier et Grégoire Owona, au cours de la campagne électorale, s’est soldée par la reconquête du Nyong-et-Kellé, principal foyer de l’opposition dans la grande forêt. Les tendances des résultats du scrutin d’hier dans les régions du Centre, Sud et Est. Les échos du meeting de clôture de la campagne dans le Centre, vendredi dernier à Monatélé.

Finalement et pour Cameroon Tribune, le quotidien à capitaux publics, il s’est agi d’«Un vote pour l’histoire». 24000 conseillers municipaux et chefs traditionnels se sont massivement rendus aux urnes hier en vue de l’élection des 900 premiers Conseillers régionaux de l’Histoire du Cameroun. Dans l’ensemble des 58 circonscriptions électorales, le vote s’est bien déroulé dans la sérénité. Reste désormais attendue, la proclamation des résultats au plus tard demain, 8 décembre par les Commissions régionales de supervision.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire