Afrique: Publication – Le Pape préface un ouvrage consacré au « rite zaïrois


L’ouvrage collectif intitulé « Papa Francesco e il ‘Messale Romano per le diocese dello Zaire’. Un rito promettente per altre culture », (en français : « Le pape François et le ‘Missel romain pour les diocèses du Zaïre’. Un rite prometteur pour les autres cultures »), sera publié ce mercredi 9 décembre, et a été supervisé par la sœur Rita Mboshu Kongo, originaire de la RDC et professeur de théologie spirituelle et de formation à la vie consacrée à l’université pontificale urbanienne à Rome.

Le rite zaïrois reste le premier et le seul rite inculturé de l’Eglise latine approuvé après le Concile Vatican II. Le nouvel ouvrage, publié par la Libraire Éditrice Vaticane (LEV), est préfacé par le pape François qui y développe sa vision de l’inculturation dans le domaine liturgique. Le livre, écrit en italien et divisé en cinq parties, ouvre à la connaissance et à l’approfondissement du « rite congolais ». Il explore différents aspects du Missel romain pour les diocèses du Zaïre, approuvé en 1988 par la congrégation pour le culte divin.

La première partie, indique la Radio Vatican, est consacrée à l’évolution du Missel romain et à l’inculturation liturgique. Il s’agit ici de voir le lien entre le Missel romain et le Missel romain pour les diocèses du Zaïre. La deuxième partie est consacrée à la genèse et à l’élaboration du Missel romain pour les diocèses du Zaïre. Dans la troisième partie, les éléments culturels, issus des traditions, valeurs et rites africains, sont mis en évidence. Quant à la quatrième partie, après avoir examiné attentivement l’apport de la spiritualité africaine dans le Missel romain pour les diocèses du Zaïre, elle aborde la question de la spiritualité africaine qui découle du Missel romain pour les diocèses du Zaïre et qui est appelée à élargir le sens même de certaines valeurs, telles que la fraternité, la solidarité, le service et le partage, devenant une véritable source de libération pour la communauté des priants. Enfin, la cinquième partie est consacrée à la description de l’engagement de Sœur Rita en faveur des femmes. Pour Sœur Rita, la femme africaine représente la communauté entière, l’histoire d’un peuple. Pour cette raison, elle veut rester fidèle à sa racine culturelle, mais de manière dynamique.

Un «exemple d’inculturation liturgique»

Dans sa préface de ce livre, le Pape François présente le rite zaïrois comme «un exemple d’inculturation liturgique» qui pourrait donc représenter une source d’inspiration pour d’autres aires géographiques, comme l’Amazonie. «Le cas du rite zaïrois suggère une voie prometteuse également pour l’élaboration éventuelle d’un rite amazonien, dans la mesure où les besoins culturels d’une zone spécifique du contexte africain sont pris en compte, sans bouleverser la nature du Missel romain, comme garantie de continuité avec la tradition ancienne et universelle de l’Église», écrit le Pape François. Cette forme de célébration, selon le Saint-Père, met en valeur «une culture et une spiritualité animées par des chants religieux au rythme africain, le son des tambours et autres instruments de musique qui constituent un réel progrès pour l’enracinement du message chrétien dans l’âme congolaise». En outre, François exhorte de nouveau les peuples à « invoquer Dieu, qui s’est révélé par Jésus-Christ avec ses paroles, avec son langage religieux, poétique, métaphorique, symbolique et narratif » et à suivre l’exemple du peuple zaïrois.

Ont contribué à la rédaction de ce livre l’Abbé Maurizio Gronchi, prêtre de l’archidiocèse de Pise (Italie), professeur de Christologie à l’université pontificale urbanienne de Rome ; l’Abbé Jean-Pierre Sieme Lasoul, prêtre du diocèse d’Idiofa (RD Congo), professeur à l’université pontificale urbanienne et à la faculté pontificale de théologie Marianum de Rome ; le Père Olivier Ndondo Akwel-Mpem, SSS, doctorant en théologie dogmatique à l’université pontificale grégorienne de Rome ; Sœur Rita Mboshu Kongo, religieuse de la congrégation des Figlie di Maria Santissima Corredentrice, professeure de théologie spirituelle et formation à la vie consacrée à l’université pontificale urbanienne de Rome ; Mme Silvina Perez, journaliste et écrivaine italienne d’origine argentine, qui dirige l’édition espagnole de l’Osservatore Romano.

Seul rite inculturé de l’église latine

Pour rappel, le 1er décembre 2020 marquait le premier anniversaire de la messe en « rite congolais » présidée par le pape François en la basilique Saint-Pierre. En effet, le dimanche 1er décembre 2019, le Saint-Père avait ouvert le temps de l’Avent en célébrant une messe en rite zaïrois à la basilique Saint-Pierre, à l’occasion du jubilé de l’aumônerie congolaise de Rome. A l’issue de cette messe, sœur Rita Mboshu Kongo avait pris la parole pour remercier le Saint-Père et l’avait également invité à se rendre en RDC.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire