Au Conseil de sécurité, Leila Zerrougui alerte: « la RDC ne peut s’offrir une grave crise institutionnelle (…). Le pays a besoin d’institutions stables»


Leila Zerrougui, Chef de la mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO), s’est exprimée ce lundi devant le Conseil de sécurité par visioconférence. Elle a évoqué les tensions politiques persistantes qui ont abouti à la fin de la coalition FCC-CACH comme annoncé par faite par Felix Tshisekedi

« La RDC ne peut s’offrir une grave crise institutionnelle, a prévenu Mme Zerrougui.  Le pays a besoin d’institutions stables et opérationnelles qui recommencent à travailler aussi vite que possible au relèvement économique et à la stabilisation de la partie orientale, en prévision des élections générales prévues en 2023 ».

Et d’ajouter:

« La situation politique que traverse actuellement la République démocratique du Congo, est très incertaine (…). Nous traversons malheureusement une période de tensions politiques accrues, marquée par des divergences persistantes entre les membres de la coalition au pouvoir », a déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU dans le pays.

Elle a également cité les violences aux alentours et à l’intérieur du Palais du peuple.

 « Nous devons malheureusement déplorer aujourd’hui des échauffourées entre militants des deux forces politiques autour du Parlement », a dit Mme Zerrougui.

Elle promet l’implication de sa mission pour apaiser les esprits.

« Nous continuerons à faire usage de nos bons offices pour faciliter une résolution rapide et pacifique de cette situation politique délicate qui, si elle persistait, pourrait avoir des répercussions sérieuses sur la situation économique et sécuritaire ».

Elle a aussi évoqué le rôle du Conseil de sécurité pour encourager un règlement négocié entre les deux forces.





actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire