Cameroun: Garoua – La deuxième vie de Roumdé Adjia


Le stade omnisports a renoué avec le football à l’occasion du match Coton Sport-Unisport de Sokodé, dimanche dernier, après plusieurs mois de travaux.

Dimanche dernier, l’image ne pouvait pas laisser indifférent. Beaucoup de personnes se bousculaient à l’entrée du stade Omnisports Roumdé Adjia de Garoua. Elles voulaient assister à la rencontre inaugurale qu’abritait la nouvelle enceinte réhabilitée. Il fallait montrer patte blanche pour y accéder.

La rencontre n’étant pas ouverte au public pour des raisons liées à la pandémie du coronavirus, il fallait être détenteur d’un badge ou d’un carton d’invitation. Seule une poignée « d’élus » ont pu y pénétrer. Quelques raisons peuvent expliquer la frénésie observée autour de ce match de Coupe de la CAF ayant opposé Coton Sport de Garoua à Unisport FC de Sokode du Togo. Match perdu par Coton Sport (0-1). Mais l’équipe de Garoua s’est qualifiée grâce à sa victoire au match aller (2-0).

L’attrait qu’exerce le nouveau Roumdé Adjia peut être la première raison. Le stade est si captivant que tout le monde à Garoua aimerait, par curiosité, pénétrer dans l’enceinte et voir de ses yeux l’infrastructure sportive de 20.000 places assises, construite dans les années 1977. L’effet CAN est déjà là ! Roumdé Adjia, ce n’est plus un stade. C’est désormais un complexe sportif. Un stade d’entraînement d’une capacité de 1000 places a été érigé à l’entrée principale. La nuit, le stade scintille brille et scintille de mille feux.

Cela fait trois ans que Roumdé Adjia était fermé pour travaux. Le besoin de football constitue la deuxième raison de l’effervescence. Cela fait une dizaine de mois que les fans sont sevrés de football à cause de la pandémie du Covid-19 et du conflit Fécafoot-Ligue de football professionnel (LFPC). Dimanche dernier, beaucoup de personnes sont venues au stade parce qu’elles voulaient assister au premier match de Coton Sport de la saison sur ses nouvelles-anciennes terres. L’équipe de Garoua a écrit ses plus belles pages à Roumdé Adjia. Elle y a notamment disputé deux finales de Coupe d’Afrique. La finale retour de la Coupe de la CAF en 2003 contre le Raja Casablanca (0-0) et la finale retour (2-2) de la Ligue des champions contre Al-Ahly d’Egypte en 2008. L’évocation de ses nombreux exploits en Championnat et en Coupe du Cameroun pourrait occuper toute cette page.

La saison dernière, Coton Sport a connu une saison blanche et sèche. Le meilleur club du Cameroun de ces 20 dernières années qui a vu passer Vincent Aboubakar, Jean II Makoun, Oyongo Bitolo, Daniel Ngome Kome, entre autres, veut reconquérir sa notoriété d’antan. Le club soutenu par la Sodecoton a réalisé des investissements colossaux cette année. Il a fait un recrutement XXL. Il s’est donné pour objectifs de réaliser le doublé Championnat-Coupe et de faire une bonne campagne en Coupe d’Afrique. Que valent tous ces investissements s’ils ne peuvent pas être rentabilisés ? L’arrêt du Championnat cause un sérieux préjudice au football camerounais.

Et singulièrement à Coton Sport, l’unique club du Cameroun encore engagé en compétition africaine après l’élimination de PWD de Bamenda par Kaizer Chiefs d’Afrique du Sud. Au prochain tour, Coton Sport affrontera Green Eagles de Zambie. Le manque de compétition peut expliquer son match raté de dimanche dernier. Les positions s’étant radicalisées entre la Fécafoot et la LFPC, on ne parle même plus d’une éventuelle reprise du Championnat. Quelle sera la forme des joueurs de Souleymanou Aboubakar dans quelques jours lorsqu’ils seront appelés à descendre de nouveau dans l’arène en compétition africaine ? La défaite de dimanche dernier sonne donc comme un avertissement pour Coton Sport que guette le « choc industriel » après « l’expulsion » de Pwd de Bamenda de la Ligue des champions.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire