Afrique: Adversaires d’un jour, Webo et Demba Ba unis contre le racisme pour la vie


Dakar — Le Sénégalais, Demba Ba, et le Camerounais Achille Webo, adversaires d’un soir en éliminatoires de la CAN 2012 au stade Léopold Sédar Senghor, ont été définitivement liés pour la vie dans la lutte contre le racisme dans un soir d’hiver glacial du 8 décembre 2020 au Parc des Princes, antre du Paris-Saint-Germain (PSG).

Le 27 mars 2011, un choc opposait au sommet Lions du Sénégal aux Lions Indomptables du Cameroun venus à Dakar chercher les trois points de la victoire parce que largués dans leur poule de qualification.

Le Sénégal, dirigé par Amara Traoré, était éliminé des compétitions. Mais l’équipe en reconstruction, voulait avoir une idée de ce qu’elle valait sur la scène africaine contre un Cameroun amené par Samuel Eto’o et qui pouvait aussi compter sur Achille Webo, un attaquant racé et fine gâchette.

Finalement, dans un duel serré, c’est le Sénégal qui gagne (1-0) la partie sur un but tardif de Demba Ba entré en cours de jeu et servi par Issiar Dia.

Des années plus tard, les adversaires du stade de LSS, se retrouvent dans le même camp, celui d’Istanbul Baksakshir (Turquie) où le Camerounais a glissé sur le banc tandis que le Sénégalais, à 35 ans, vivait ses dernières années de professionnalisme au très haut niveau.

Mardi soir contre le PSG, l’attaquant sénégalais a démarré sur le banc des remplaçants, ce qui lui a certainement permis de tout entendre et de jouer sa grande partition quand le 4-ème arbitre a prononcé sa honteuse phrase envers Webo, le coach assistant du club turc.

Les cris de rage de Webo face à l’incompréhensible sortie de l’arbitre roumain Sebastian Coltescu ont fini de convaincre Demba Ba qui a souvent pris à bras le corps la lutte contre le racisme que c’est le moment de créer un déclic.

Et naturellement, Ba a mené la fronde des joueurs en demandant à ses coéquipiers de quitter le terrain suivis de peu par les Parisiens.

Face aux insultes racistes en Italie, Demba Ba qui a joué en Belgique, en Allemagne, en Angleterre Chine et en Turquie, avait souvent rué dans les brancards demandant aux joueurs noirs de quitter le Calcio.

Si cet appel extrême n’a pas été entendu, celui de mardi n’est pas tombé dans l’oreille de sourds. En plus de ses coéquipiers du club turc, les Parisiens le Brésilien Neymar, les Français Kimpembé et Mbappé ont répondu présents, obligeant l’UEFA à arrêter la rencontre reprogrammé ce mercredi.

Une première qui a fait réagir plusieurs personnalités du football mondial, les Légendes Didier Drogba et Samuel Eto’o et aussi le président de la Fédération sénégalaise de football, Augustin Senghor candidat à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF).

« Le racisme battu pour la première fois dans un terrain de football », a salué le président Senghor par ailleurs maire de Gorée, dans un texte publié sur un site.

« Mon cher Demba. Respect pour vous ! Respect pour vos coéquipiers et dirigeants ! Respect pour tous les membres des deux équipes qui ont réagi de la plus belle des manières contre ce montre qu’est le racisme dans le sport », a écrit Me Senghor qui a eu la même posture quand son homologue de la Fédération française de football (FFF), Noel Le Great avait tenté de minimiser l’existence du racisme dans le football français.

En tous les cas, cette réaction contre le racisme fait de Webo et Ba des héros de la lutte contre le racisme en amenant « les joueurs d’Istanbul Basaksehir et ceux du PSG à faire un geste d’une dimension inédite et d’une incroyable portée », souligne le quotidien français, l’Equipe dans son édition de ce mercredi.

« Des voix s’étaient déjà élevées, ces dernières années, pour que le foot s’arrête en cas d’insultes racistes de cris de singes. Eux, ils l’ont fait », rappelle le quotidien sportif français.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire