Algérie: Chitour estime que Marzouki fait de sa « croisade » contre l’Algérie un « fonds de commerce »


Alger — Le professeur Chems Eddine Chitour, ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, compare les propos tenus récemment par l’ancien président tunisien, Moncef Marzouki, au sujet du Sahara occidental, à une « croisade » menée contre l’Algérie dont l’auteur en fait un « fonds de commerce qui rapporte aussi bien du côté du Maroc ».

Dans une contribution publiée dans le quotidien « Le Soir d’Algérie », le Pr Chitour a qualifié M. Marzouki d' »avocat des mauvaises causes » qui « défend d’une façon irrationnelle la cause marocaine dans l’entêtement à occuper un territoire qui a vocation à être décolonisé », et qui a des convictions à « géométrie variable » et qui « oublie les droits de l’homme quand cela l’arrange au nom de l’allégeance au pays où il a vécu ».

« Il en est des relations entre l’Algérie et la Tunisie comme de relations entre frères. Le seul bémol est l’arrivée intempestive de Moncef Marzouki qui a outrepassé ses degrés de liberté et de bienséance pour des raisons personnelles. Une haine irrationnelle qui ne s’explique pas. Il faut le dire, l’Algérie tient à la sécurité de la Tunisie, à la fois sur le plan sécuritaire mais n’hésite pas aussi à l’aider financièrement – et c’est son devoir dans des situations délicates », a-t-il tenu à souligner.

Il a ajouté que les déclarations faites à la presse étrangère par l’ancien président tunisien (13 décembre 2011-31 décembre 2014) à propos du « sujet épineux » du Sahara occidental, ont « provoqué l’ire des Algériens », faisant remarquer que M. Marzouki, « se faisait rare sur la scène médiatique depuis qu’il a annoncé son retrait définitif de toute activité politique ».

Estimant que M. Marzouki est « décidément en verve et y travaillant sur commande », le Pr Chitour a indiqué que l’ancien président tunisien « comme tous les révolutionnaires off shore qui tiennent plus à l’adoubement externe, ne fera pas exception », en concluant: « En vendant son âme au plus offrant, lui le Marocain de cœur avec une vision hémiplégique de la notion des droits des peuples à se libérer, il nous prouve plus que jamais que son sacerdoce humanitaire était du vent ».



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire