Cameroun: Camair-Co – Un horizon plus dégagé


Depuis la reprise de ses vols ce 18 octobre, la compagnie assure progressivement leur régularité, tout en mettant en place des procédures pour s’éviter tout atterrissage forcé.

Le 18 octobre 2020, l’espace aérien national enregistrait de nouveau des vols de la Camair-Co. Après des mois d’absence du fait de la flotte alors clouée au sol pour des problèmes financiers et de maintenance. Grâce à un appui des pouvoirs publics, elle a pu acquérir deux aéronefs, dont l’un, un Boeing 737 de 139 places, a effectué le vol marquant la reprise de la desserte domestique. Depuis, 58 jours se sont écoulés. Sans avoir été un long vol tranquille, cette périodicité a tout de même donné l’occasion d’assurer progressivement la régularité des vols, fidéliser de plus en plus la clientèle, densifier le réseau interne trans-sahélien, mettre en place des procédures fortes pour une meilleure gouvernance, se préparer à l’ouverture prochaine de dessertes sous-régionales, etc.

Pour le directeur commercial, Martin Madiba Ebongue, la première des satisfactions, et pas des moindres, c’était déjà la reprise des vols depuis le 18 octobre. Avec quatre destinations, Douala, Yaoundé, Garoua et Maroua. Le taux de remplissage pendant les premiers jours n’est alors que de 20%. Pas de quoi être optimiste. Mais au fil des vols, les zones de turbulences se font moins sentir et la sérénité revient. Du 18 au 31 octobre 2020, le trafic est de 3031 passagers. Du 1er au 30 novembre, il est de 7 312 passagers, soit un total de 10 343 passagers. De 20% de taux de remplissage au début de sa reprise, on est aujourd’hui à 80% en moyenne pour une régularité des vols de 96% à date.

Depuis le 6 décembre, la desserte de Ngaoundéré a été ré-ouverte, le MA 60 de 48 places, dont les restrictions émises par l’autorité aéronautique ont été levées, est prêt à prendre du service pour les dessertes sous-régionales, les lignes existantes vont être densifiées avec quatre vols/semaine sur Garoua, trois sur Maroua, deux sur Ngaoundéré, 12 de Douala vers Yaoundé et 17 de Yaoundé sur Douala. Pour les prochains jours, 5 000 places ont d’ores et déjà été réservées. C’est donc peu dire que d’affirmer que la Camair-Co est sur un petit nuage en ce moment.

Mais il faudra désormais maintenir le cap. Pour ce faire, certains couloirs sont explorés. C’est le cas de celui de la trans-sahélienne devant relier le Cameroun à d’autres pays, notamment le Tchad, le Niger et le Nigeria, dont les études sont en cours de finalisation, sans oublier l’Ouest (Bafoussam) avec des projections sur le nord du Nigeria et l’Est (Bertoua). Il est envisagé, dans les prochaines semaines, le lancement de l’offre universitaire pour l’accès au plus grand nombre d’enseignants et d’étudiants au transport aérien, avec des tarifs préférentiels. Le courrier express a repris du service, tout comme le fret.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire