Bah Oury tourne le dos au FNDC : « Je ne suis pas d’accord avec les manifestations… » | Africa Guinee


CONAKRY- L’opposant Bah Oury est en profond desaccord avec ses pairs du Front National pour la Defense de la Constitution (FNDC). L’ancien ministre de la reconciliation se desolidarise de l’appel a manifester lances par le front anti troisieme mandat et le coupe UFDG-ANAD, le 15 decembre jour de l’investiture d’Alpha Conde. Dans cet entretien, cette figure de l’opposition guineenne explique ses raisons. Le leader du parti UDRG pense qu’il est temps d’observer une pause pour un faire le bilan d’une annee d’une lutte sanglante et aller vers la desescalade pour sauver la vie des guineens. Il n’a pas manque de titiller l’UFDG de Cellou Dalein Diallo, qui selon lui, en allant aux elections a cautionne le 3eme mandat.

AFRICAGUINEE.COM : Le FNDC ainsi que le couple UFDG-ANAD appelle a des manifestations ce 15 decembre 20, jour de l’investiture d’ALPHA Conde. Etes-vous solidaire de cette demarche ?
BAH OURY : Vous savez, je n’ai pas envie de commenter ce que font d’autres puis que nous n’avons pas la meme logique, nous n’avons pas la meme strategie d’ethique et nous n’avons pas les memes preoccupations. Dans le contexte actuel notre preoccupation est marque par le souci que nous avons pour la securite dans l’ensemble des citoyens guineens inquiets par le deferlement de la violence et par l’insecurite chronique qui les amene a craindre pour leur vie, a craindre pour la vie de leurs enfants. Nous avons plusieurs centaines de personnes qui sont incarcerees et vous en avez parmis eux des responsables politiques aussi bien de ceux de ce bord politique dont vous avez evoque le nom tout a l’heure et aussi bien des responsables du FNDC. Je pense que dans le contexte actuel, il faut trouver les voies et moyens de faire une pause autrement pour sauvegarder la vie et la securite de l’ecrasante majorite de nos populations. Parce que la violence telle qu’elle s’exprime et qui est instrumentalisee par le pouvoir politique, nous ne pouvons pas avec des mains nues, avec la bonne volonte, avec simplement des populations qui vont etre prises pour cible, nous ne pouvons pas continuer a les exposer. C’est notre point de vue, c’est pour cela, nous marquons notre desaccord total par rapport a cette strategie dans le contexte actuel. Et ce desaccord est renforce egalement par la necessite de faire le bilan de plus d’une annee de mouvements de protestations et aussi le devoir que ceux qui etaient avec nous dans les rangs du FNDC sont alles cautionner et valider le 3eme mandat. On ne peut pas continuer de faire comme si tout cela ne s’est pas passe, au risque d’avoir l’air de se foutre de la vie et de la securite de la population guineenne.
Dans ce cas vous demandez a ce qu’on mette un terme a toutes ces manifestations de rue ?
Il faut faire la politique autrement. Il y’a une chose qui s’est passee recemment. Je salue l’initiative et la capacite d’innovation de ces jeunes activistes qui ont reussi a imposer le respect d’un boycott contre une manifestation culturelle. Dans la mesure ou selon eux, cette manifestation culturelle allait dans le sens contraire des interets des populations guineennes notamment en ce qui concerne le silence coupable dont certaines categories socio-professionnelles ont fait preuve lors de ces repressions massives. Ce boycott silencieux a montre son efficacite. Donc je pense que de plus en plus, il y’a d’autres formes d’actions qu’il faut inventorier pour proteger le maximum de vie des citoyens par rapport a la barbarie que le pouvoir ne se genera pas de perpetrer contre nos populations. Je rappelle qu’aujourd’hui, c’est la celebration de l’anniversaire du 10 decembre qui est la journee internationale pour les droits de l’Homme. La Guinee a recule de la maniere la plus spectaculaire dans la violence systematique contre les droits de l’Homme dans notre pays. On doit prendre acte de tout cela, inventer et reflechir a d’autres facons beaucoup plus efficaces pour agir.
Vous auriez declare que vous seriez prets a prendre part a l’investiture du president Alpha Conde si vous etes invites. Dites-nous pourquoi ?
Tout ce qui peut permettre a ce que le contexte politique puisse evoluer favorablement dans l’interet des populations guineennes. Je ne dis pas dans l’interet de quelques clans politiques mais pour celui des populations guineennes pour que celles-ci puissent respirer, avoir plus de securite, avoir plus conscience que le vivre ensemble sera maintenu dans ce pays. Alors nous n’hesiterons pas a agir pour que cela puisse etre.
Alpha Conde a indique qu’il tend la main a l’opposition. Etes-vous donc favorable ?
Non, il faut clarifier les choses. Tendre la main peut etre un discours, mais il y’ a des conditions. La meilleure maniere de faire en sorte que cette politique soit traduite dans le concret et que ca ne soit pas un bluff, il faut agir en posant des actes. Premierement, c’est d’aller dans le sens de la desescalade. Cette desescalade signifie de liberer les prisonniers, avoir un discours rassembleur, avoir une demarche qui securise et qui rassure l’ensemble des populations guineennes. Que le vivre ensemble peut etre une realite malgre le contexte trouble dans lequel nous allons. La deuxieme etape apres la desescalade, ca c’est un moyens de demontrer qu’une action de bonne volonte, c’est d’aller dans le sens de la mise en place de la dynamique permettant le rassemblement, la concertation de l’ensemble des forces vives de maniere organisee, de maniere structuree pour pencher sur les questions : pourquoi la Guinee a-t-elle des problemes sur le plan politique, celui social et institutionnel ? Comment faut-il faire pour remedier a cela pour ramener la quietude, pour ramener la securite, la stabilite ? Et par la suite en conclusion de cette concertation, une feuille de route qui pourrait etre l’expression du consensus le plus large possible soit erigee, comme etant l’agenda de l’action politique future dont les uns et les autres devront etre soumis. Si c’est dans ce sens, cela vaut la peine. Mais si c’est pour faire du cinema ou du theatre, je ne suis pas de cette partie. J’ai envie que les choses aillent en profondeur parce qu’on a trop trompe les guineens dans ce pays, on a pris un retard extremement important, le contexte regionale est excessivement trouble. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, il faut faire preuve de responsabilite et d’une autre vision, mais malheureusement c’est rarement partage au niveau de la classe politique tant du cote de l’opposition que du cote du pouvoir.
Certains observateurs estiment que la France a fait un revirement spectaculaire sur le dossier guineen. Quelle est votre lecture ?
C’est une lecture biaisee d’une realite internationale. La France a travers le discours de Macron a montre la mise en place et la prise en compte des principes de realite. La cour constitutionnelle de la Guinee a decide que M. Alpha Conde est faisant. Dans ce contexte, la France tout comme les autres puissances, notamment europeennes ne peuvent que tenir compte de cette realite et ont exprime a travers une lettre concise, bien nette et bien claire qu’il faut tenir de conferer avec le president exercice de la republique de Guinee. Ce n’est pas a eux de choisir pour les guineens puisque la Cour Constitutionnelle de ce pays souverain a pris acte qu’Alpha Conde est president. Ils vont dans ce sens sans pour autant avoir leur faveur et leur assentiment. C’est la meme position que l’Union Europeenne a exprime et c’est la position la plus responsable sur le champ politique. Parce que nous avons en interne commis des attitudes dans les rangs de ceux de l’opposition qui sont alles accompagner le 3eme mandat en le validant. Donc, il ne faut pas demander a l’etranger de faire plus que ce que les guineens n’ont pas fait pour leur pays et pour leur peuple.

Bah Boubacar Loudah
Pour Africaguinee.com
Tel. : (00224) 655 311 112



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire