Boucle du Mouhoun : Le Projet d’appui aux communes de l’Ouest du Burkina dresse le bilan de ses activités


La ville de Dédougou a accueilli, les 9 et 10 décembre 2020, les acteurs de la mise en œuvre du Projet d’appui aux communes de l’Ouest du Burkina Faso (PACOF), pour le bilan des activités après six ans et neuf mois d’exécution. A l’heure du bilan, le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo, est venu participer aux échanges. Durant 48 heures, il s’est agi de dégager les acquis du projet, ainsi que des perspectives.

L’atelier de clôture du Projet d’appui aux communes de l’Ouest du Burkina Faso s’est ouvert dans la cité de Bankuy, le mercredi 9 décembre 2020, sous la présidence du ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles. C’est la salle polyvalente du Conseil régional qui a accueilli les différents acteurs de la mise en œuvre de ce projet qui a œuvré pour la sécurisation foncière et la gestion des ressources naturelles dans les régions de la Boucle du Mouhoun et des Hauts-Bassins. La rencontre-bilan de Dédougou a permis de revisiter les objectifs du projet, de s’approprier les résultats majeurs obtenus et de capitaliser les acquis pour des perspectives de continuité sur les cendres du projet clos.

André Anatole Yaméogo, directeur général du foncier, de la formation et de l’organisation du monde rural.

Le projet est allé à son terme après six ans et neuf mois de mise en œuvre. Cela a été possible, selon André Anatole Yaméogo, directeur général du foncier, de la formation et de l’organisation du monde rural, grâce aux efforts et engagements conjugués des acteurs de mise en œuvre que sont les quinze communes bénéficiaires, l’unité de gestion du projet, le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales, la Direction générale du foncier, de la formation et de l’organisation du monde rural (DGFOMR) et l’Agence française du développement (AFD).

Le représentant de l’AFD, Adrien Absolu, a pris la parole pour exprimer sa satisfaction à la fin de la mise en œuvre du projet. « Pour l’AFD, c’est une journée de grande fierté du fait que le ministre (de l’Agriculture) ait honoré par sa présence l’atelier de clôture. Cela montre la qualité de la relation partenariale. Une seconde fierté de voir que les résultats espérés dans la mise en œuvre de ce projet ont été atteints. C’est un projet qui a été conçu sur mesure et non sur une approche standardisée », a-t-il déclaré.

Une vue des participants.

A l’heure du bilan, ce sont plus de 7 milliards de F CFA qui ont été mobilisés pour les activités durant la durée du projet. Sur ce montant, l’AFD a contribué à hauteur de 88%, soit 6,55 milliards de F CFA, et l’Etat burkinabè a mobilisé 9% du budget total. Le reste, soit 3% du budget, a été supporté par les bénéficiaires. Quinze communes ont bénéficié de l’accompagnement de ce projet, soit dix communes dans la région de la Boucle du Mouhoun et cinq dans les Hauts-Bassins. La mise en œuvre des activités a été conduite par des groupes d’opérateurs dont CA17 International, ARP Développement et ERGECI Développement.

Opérationnaliser la loi 034/2009

L’objectif du PACOF était d’opérationnaliser la loi 034/2009 portant régime foncier rural et de l’articuler avec les dynamiques de développement économique communales durables. De façon spécifique, le projet a permis d’appuyer les acteurs dans la création de dynamiques économiques et productives, d’améliorer leurs capacités et de leur donner un appui institutionnel.

Le ministre de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo.

« Ce projet a contribué à la croissance et à la réduction de la pauvreté en milieu rural par la sécurisation foncière des domaines des acteurs ruraux et la promotion d’une gestion durable et concertée des acteurs locaux impliqués », a précisé le ministre Salifou Ouédraogo.

Le bilan de la réalisation des activités a été jugé satisfaisant, tant sur le plan de la sécurisation foncière que sur la question de l’appui au développement économique des communes d’intervention. On note par exemple, pour le premier volet, la mise en place effective et l’opérationnalisation de quinze services fonciers ruraux dans les communes d’intervention. Il faut aussi souligner la mise en place et l’opérationnalisation des Commissions foncières villageoises (CFV) et des Commissions de conciliation foncière villageoises dans 98% des villages couverts par le projet, soit 245 villages sur 250 au total.

Adrien Absolu, représentant de l’AFD.

Dans le deuxième volet portant sur l’appui au développement économique, il a été mis en place un Fonds d’investissement communal (FIC). Ce fonds a débloqué 3 milliards 18 millions de F CFA au profit de 256 projets communaux et 390 projets de promoteurs privés.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

D. LAWALI

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire