Arrêt cardiaque : La Croix rouge burkinabè initie à Koudougou 30 personnes en secourisme et en réanimation cardio-pulmonaire


Le Centre de formation de la Croix-Rouge burkinabè a organisé, du 9 au 10 décembre 2020 à Koudougou, une campagne gratuite de formation en secourisme et en réanimation cardio-pulmonaire avec défibrillateur au profit de 30 bénéficiaires de la localité. Une action qui vise à contribuer à la promotion des gestes qui sauvent au sein des communautés.

« Nous voulons faire en sorte que la réanimation cardio-pulmonaire puisse être une pratique au niveau communautaire. Pour cela, nous avons pensé former un certain nombre de personnes ressources de manière à ce que ces personnes puissent maîtriser les gestes et être là où il faut lorsqu’une situation d’urgence venait à se présenter, parce qu’aucun de nous ne sait où, ni à quel moment cela peut arriver et ça peut arriver à n’importe qui. »

C’est ainsi que Lazare Zoungrana, secrétaire général de la Croix rouge burkinabè, a situé les enjeux de l’activité de Koudougou.

Sans manquer de faire l’historique de sa structure, M. Zoungrana soutient qu’avec l’ancrage communautaire de la Croix rouge, ils (les apprenants) peuvent être des auxiliaires du ministère de la Santé pour faire des prises en charge au niveau communautaire chaque fois que des cas d’arrêt cardiaque se présenteraient.

Les officiels présents à la cérémonie de lancement de la campagne

Il a rassuré que la Croix rouge burkinabè ne compte pas se limiter à ce nombre (30), mais compte former le maximum de personnes, les années à venir, qui soient à mesure de prendre en charge les différentes situations. Il fait cependant une mise en garde : « En matière de premiers secours, il n’y a pas de tâtonnements possibles, on ne s’improvise pas secouriste. » Dans cette optique, il a invité l’ensemble des participants à suivre de façon rigoureuse tout ce qui va être expliqué par les moniteurs afin de maîtriser les informations qui serons mises à leur disposition.

Un point de vue que partage Dr Sylvain Soubeiga, médecin chef du district de Koudougou et représentant le directeur régional de la Santé du Centre-Ouest. Dans un tel exercice, il faut maîtriser les gestes car, au lieu de sauver des vies, les secouristes peuvent causer aussi des décès. « Notre message, c’est de demander aux bénéficiaires de travailler à maitriser les gestes, parce que ce sont des vies humaines que nous allons sauver ; ce sont les premiers secours que nous portons qui permettront au reste de la chaîne de poursuivre la suite du travail », a interpellé le représentant du directeur régional de la Santé du Centre-Ouest.

Lazare Zoungrana, secrétaire général de la Croix rouge burkinabè

Séance tenante, une pratique de simulation en secours d’urgence a été improvisée pendant la cérémonie d’ouverture. Cela a été l’occasion pour Daouda Savadogo, responsable des formations du Centre de formations de la Croix rouge burkinabè, d’expliquer de façon succincte la conduite à tenir dans de telles circonstances.

Un objectif de 180 volontaires formés

La formation des bénévoles pour les deux jours d’apprentissage s’est faite en deux modules. Il s’agit de la sensibilisation sur les premiers secours qui comprend la protection, l’alerte, l’arrêt d’une hémorragie et également la mise en position latérale de sécurité. Le deuxième module a porté sur la réanimation cardio-pulmonaire avec défibrillateur qui est un appareil qui permet de choquer le cœur au-delà du massage cardiaque que l’on peut faire.

Les bénéficiaires

Ils sont au nombre de 180 personnes volontaires des localités de Koudougou, Ouahigouya, Kaya et Fada qui vont bénéficier de cette campagne gratuite de formation en secourisme et en réanimation cardio-pulmonaire avec défibrillateur. Cette série de formations gratuites a lieu grâce au soutien financier du Centre mondial de référence des premiers secours (CMRPS).

Les résultats attendus à l’issue de cette campagne gratuite de formation sont d’avoir dans les 4 comités provinciaux, 180 personnes issues des couches vulnérables initiées aux gestes basiques de secours d’urgence, 24 moniteurs de premiers secours recyclés en réanimation cardio-pulmonaire et formés à l’utilisation du défibrillateur et tous les 4 comités provinciaux renforcés en matériel de formation.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Prince Omar

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire