à la découverte de la « mosquée de Jésus-Christ »



Tout a commencé par une lutte juridique prolongée entre l’Association musulmane et l’Église adventiste du septième jour (SDA), au sujet de la propriété d’une parcelle de terre. Le conflit, qui a duré des décennies, s’est terminé en octobre de cette année, après qu’un tribunal foncier et environnemental de Kisumu a déclaré que la parcelle appartenait à la communauté musulmane kényane.

Dans un effort pour construire des ponts et réparer les fractures, la communauté musulmane a choisi un nouveau nom pour la mosquée qui a attiré l’attention de beaucoup et est devenue une sensation sur Internet. Cette mosquée qui se trouve dans la terre autrefois disputée à Kaloleni dans le comté de Kisumu s’appelle la « mosquée de Jésus-Christ », le fils de Marie.

Kenya Mosquée J C

Les fidèles disent que le choix du nom signifie la décision de la communauté musulmane de démontrer à l’église SDA qu’elle est une. « Nous avons eu une longue mêlée pour l’acquisition et c’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons choisi le nom. Nous ne sommes pas ennemis des chrétiens », dit Abdul Rashid, un muezzin,,en charge de l’appel à la prière.

Il note que les musulmans croient également en Jésus et qu’il était l’un des prophètes aux côtés de quatre autres qui comprenaient également le prophète Mohamed. « Les musulmans croient en Jésus-Christ. Le choix du nom est aussi notre reconnaissance de Jésus-Christ qui, selon nous, reviendra », dit Rashid.

Des projets de construction d’une mosquée permanente sont également en cours, bien que les musulmans qui prient sur place aient déjà construit une structure temporaire pour leurs prières.

Un haut fonctionnaire du gouvernement qui adore la mosquée et qui fait partie de ceux qui ont porté plainte contre l’église SDA a déclaré que le nom n’était pas unique, ajoutant que Jésus était également reconnu dans l’islam. « Jésus a reçu Injil tandis que Mohamed a reçu le Coran. Le choix du nom est un message pour eux, leur dire que nous sommes ensemble. Nous avons toujours été ensemble », a déclaré le responsable.

Plusieurs chrétiens de la région se sont félicités de cette décision, affirmant qu’elle renforcerait la coexistence pacifique. « C’est un bon geste. Je pense que c’est une forte indication que les musulmans et les chrétiens se considèrent comme des frères et sœurs », a déclaré Joseph Odhiambo, un chrétien.

La quête de la terre a commencé le 25 septembre 1985, lorsque le secrétaire de l’association d’alors, Mohammed Abdo Saleh, a écrit au commissaire aux terres, demandant un site pour construire une nouvelle mosquée. À l’époque, un bail de 40 ans à la Ramisi Sugar Authority était arrivé à expiration, mais il y avait eu des controverses, car l’autorité avait utilisé le titre pour garantir un prêt auprès d’une banque commerciale et avait fait défaut quant au paiement.

Cependant, après des échanges de correspondance entre l’Association musulmane et le commissaire provincial, le gestionnaire des terres du district, pendant 12 ans, l’association a décidé de se rapprocher de la Banque qui a indiqué qu’il n’y avait jamais eu de frais à verser sur le terrain. En octobre, l’association musulmane a poussé un soupir de soulagement après que le juge Ombwayo eut déterminé que l’église n’était pas propriétaire légitime de la terre.



Afrik

A lire aussi

Laisser un commentaire