Cameroun: Chambre de Commerce – 360 jeunes bientôt en formation


Fruit d’un partenariat avec la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (Cma) des Pays de la Loire (France) en agroalimentaire, réparation et mécanique automobile et entreprenariat.

La Chambre de Commerce, d’Industrie, des Mines et de l’Artisanat du Cameroun (Ccima), a récemment organisé à Douala une rencontre de sensibilisation et de diagnostic avec les acteurs des filières de l’agroalimentaire et de la mécanique automobile. Elle qui, en partenariat avec la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (Cma) des Pays de la Loire (France), a bénéficié d’un financement du Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique de l’Union européenne (UE), pour piloter le programme « Youth and GenderConnect ». Un projet de formation professionnelle sur la transformation agroalimentaire, la réparation et la maintenance automobile et l’entreprenariat.

Le projet, qui sera lancé en janvier 2021, concerne les jeunes des deux sexes de 15 à 40 ans à la recherche d’un emploi ou souhaitant créer leur propre entreprise dans les régions de l’Adamaoua, du Centre, du Littoral et de l’Ouest.

Selon le Sg de la Ccima, Halidou Bello, l’accent sera mis sur la formation professionnelle. Pour faire en sorte que les près de 360 jeunes concernés par ce programme, qui entre en droite ligne des objectifs du gouvernement, soient, pendant leurs 4 mois de formation, suivis aussi bien en théorie qu’en pratique. Afin qu’au sortir de là, ils soient des modèles de réussite de formation et d’insertion des jeunes. Et de donner à Aïssatou Diop l’occasion de présenter le « Pro Youth and GenderConnect », ses objectifs, ses opportunités etc.

L’objectif principal est de permettre l’acquisition par ces jeunes des qualifications professionnelles et opérationnelles adaptées aux besoins des entreprises et réalités locales, susceptibles de favoriser leur recrutement et insertion dans le monde du travail. Sans oublier la possible installation à leur propre compte des plus entreprenants grâce aux capacités acquises au cours de leur formation.

L’objectif à terme est de sédentariser 240 jeunes formés dans l’agroalimentaire, 120 dans la mécanique et la maintenance automobile, et 125 dans l’entreprenariat. La suite, déroulée en travaux en ateliers et échanges avec les acteurs des deux filières retenues, a permis de plancher sur le déficit en formation professionnelle, l’amélioration du climat des affaires dans chaque secteur, des propositions d’amélioration du dispositif de formation en alternance. Les uns et les autres sont repartis satisfaits, avec de précieuses informations en guise de viatique qui les accompagneront tout au long de la formation.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire