Cameroun: Filières riz et oignon – Le développement renforcé


Le ministre en charge de l’Agriculture vient de lancer à Maroua la deuxième phase du projet dédié à l’amélioration de la production de ces cultures dans les six prochaines années.

Quatre régions sont ciblées par le Projet d’appui au développement des filières agricoles (PADFA). Il s’agit de l’Ouest, du Nord-Ouest, du Nord et de l’Extrême-Nord. Durant la première phase de ce projet qui s’est étalée sur sept ans, 11,7 milliards de F ont été injectés dans ces deux filières, ce qui a conduit à l’amélioration substantielle du revenu des producteurs dans les 11 départements touchés. Les bénéficiaires ont eu à le témoigner de manière solennelle lors du lancement de la seconde phase du PADFA le 8 décembre 2020 à Maroua, en présence de Gabriel Mbaïrobé, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural. Pour cette deuxième phase, c’est une enveloppe de 33,3 milliards de F qui est mobilisée au profit de 14 départements des quatre régions ciblées. Il s’agit là du fruit du partenariat entre le gouvernement camerounais et le Fonds international de développement agricole (FIDA).

Selon Hélène Marigoh, coordinatrice nationale du PADFA II, il est attendu, entre autres, la réalisation des aménagements hydroagricoles sur 2570 hectares dont 1970 hectares pour le riz et 600 hectares pour l’oignon ; l’appui à la structuration des filières ; l’appui à la commercialisation et à l’accès à la diversité alimentaire. Les principaux critères de sélection sont le dynamisme des organisations demandeuses de l’encadrement du PADFA II, et la représentativité des femmes et des jeunes dans ces groupes. Pour bénéficier des appuis du PADFA II, les organisations des producteurs devront par ailleurs mobiliser une contribution de 10% des appuis demandés.

En procédant au lancement de la deuxième phase du PADFA, Gabriel Mbaïrobé, ministre de l’Agriculture et du Développement rural a loué les rapports qui lient le gouvernement camerounais et les institutions internationales dans ce chemin tortueux de la modernisation de l’agriculture. Il s’est félicité du choix des filières riz et oignon qui, a-t-il dit en substance, constituent de véritables poumons pour les « seigneurs de la terre » et des denrées des plus consommées par les ménages. « Nous avons été satisfaits par la première phase du PADFA et la deuxième consiste, non seulement à consolider les acquis, mais aussi à désenclaver les bassins de production en créant de nouvelles routes. C’est un projet très important pour le Cameroun tout entier », s’est réjoui le Minader.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire