Assemblée nationale : un groupe des députés dénonce des « menaces de mort » proférées par certains de leurs collègues FCC contre Aminata Namasia, membre du bureau d’âge


Une vingtaine de députés regroupés se réclamant du « collectif des députés acquis au changement » ont signé, ce mardi 15 décembre, une déclaration demandant notamment au gouvernement de sécuriser la députée Aminata Namasia, benjamine et membre du bureau d’âge de l’Assemblée nationale. Ces élus disent que cette dernière a été victime de « menaces de mort et d’imputations dommageables » de la part de certains de leurs collègues membres du FCC, notamment François Nzekuye, Fidèle Likinda, tous du PPRD.

« Nous, membres du collectif des députés acquis au changement, réunis ce jour au Palais du peuple, siège de notre institution afin d’analyser les propos tenus nos collègues honorables François Nzekuye Kaburabuza, Fidèle Likinda Bolom’Elenge, Geneviève Inagosi et consorts tous membres du FCC lors de la plénière du 10 décembre 2020, consacrée à l’examen des pétitions initiées contre les membres du bureau de l’Assemblée nationale. Après analyse, les faits suivants sont reprochés aux collègues cités ci-haut : menaces de mort à l’encontre de notre collègue Aminata Namasia et imputations dommageables », peut-on lire dans leur déclaration.

Ces élus demandent au gouvernement d’assurer la sécurité de Aminata Namasia. Ils demandent l’implication du procureur général de la République pour que justice soit faite.

Ils tiennent pour responsable les députés précités et les considèrent comme responsables de tout fait criminel qui adviendrait à la précitée.

« Prenons la liberté de saisir le comité des sages de l’Assemblée nationale (…). Demandons au gouvernement de prendre les dispositions utiles afin d’assurer la sécurité de notre collègue Aminata Namasia Bazego », lancent-ils.

Ils estiment que le comportement affiché par leurs collègues du FCC viole les dispositions de l’article 121 alinéas 2, 3 et 4 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale et l’article 74 du code pénal livre 2, mais aussi, le code de bonne conduite de l’agent public.

Une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux met en scène certains caciques du FCC  en train d’interpeller nommément les membres du bureau d’âge sur la procédure à suivre lors de l’examen des pétitions ayant conduit à la destitution des membres du bureau de la Chambre basse du Parlement.

Berith Yakitenge

 



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire