Assemblée nationale : en dehors de son échec, la session de septembre a le mérite d’avoir réussi à éjecter le bureau Mabunda, d’après Gratien Iracan


Pour le député Gratien de Saint-Nicolas Iracan Unen, la session budgétaire de septembre clôturée ce mardi 15 décembre s’est soldée d’un échec suite au blocage par le bureau, des plusieurs initiatives parlementaires.

« S’il faut être honnête par rapport à cette session de septembre, c’est vraiment un échec. Une session marquée d’abord par la turbulence politique et ce qui est vrai, il y a eu trop de chômage. Nous n’avons presque pas voté de lois. Mais aussi, il n’y a eu presque pas des initiatives parlementaires qui ont été analysées par le bureau ni des propositions de loi ni des moyens d’information ou de contrôle. Donc, c’est pratiquement un échec total », a déploré l’élu de Bunia (Ituri).

Cependant, dit-il, son point positif est qu’elle a permis de déchoir à la suite des pétitions, les membres du bureau Mabunda accusés de blocage du bon fonctionnement de la chambre basse.

« Mais, la seule réussite, c’est parce qu’on a juste mis dehors ce bureau qui posait problème en bloquant tout. Donc, ça nous donne l’espoir que nous allons nous réorganiser pour rattraper le retard de ces 22 mois accumulés. C’est vraiment un espoir pour qu’on travaille désormais avec toute assurance avec un bureau compétent qui connaît la valeur du peuple », dit-il.

La session de septembre 2020 s’est clôturée ce mardi 15 décembre. Elle avait été très agitée au point de déboucher à la déchéance de la majorité des membres du bureau à la suite des pétitions votées contre eux. Seul, le sort du questeur adjoint n’a pas encore été scellé car victime d’une crise d’AVC et se trouve aux soins.

Berith Yakitenge

 

 

 

 



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire