Cameroun: Déficit d’énergie dans le Nord – Garoua reçoit du renfort


En visite de travail dans la ville hier, le ministre Gaston Eloundou Essomba a instruit une accélération des procédures d’installation de ces groupes électrogènes venus de Yaoundé.

A situation d’urgence, mesures exceptionnelles. Tous les points secondaires de la visite de travail qu’effectue le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee) dans le Nord ont été décalés, ou tout simplement annulés. Gaston Eloundou Essomba est allé droit à l’essentiel. Sa mission a démarré par une visite matinale au barrage de Lagdo à 66 Km de Garoua. Là-bas, la délégation ministérielle a touché du doigt la réalité de la baisse du niveau d’eau du principal ouvrage qui alimente le Septentrion en énergie électrique.

Les pluies n’ont pas été abondantes cette année dans la vallée de la Bénoué. Un problème naturel donc. Conséquence, l’ouvrage ne peut produire que 15 à 20 mégawatts d’électricité par jour. Dimanche dernier par exemple, il n’a généré que 12 mégawatts ! Insuffisant pour couvrir les besoins des villes du Nord. Mis en service en 1986, le barrage de Lagdo a une capacité de production de 70 mégawatts. Cette situation a emmené ENEO, le concessionnaire de la distribution de l’énergie électrique, à mettre en place la politique du rationnement. Depuis deux mois, l’heure est donc aux délestages à Garoua, et la ville tourne au ralenti.

Pour résoudre ce problème, le chef de l’Etat a ordonné le démantèlement de la centrale thermique d’Ahala à Yaoundé qui était une roue de secours pour le Réseau interconnecté sud. Les groupes électrogènes qui produisaient 20 mégawatts sont en train d’être réaffectés à Ngaoundéré et à Garoua. Cette lourde opération conduite par les équipes d’ENEO a atteint sa vitesse de croisière. Les derniers générateurs arrivent à Garoua aujourd’hui. Ils seront installés à la centrale thermique de Djamboutou. La puissance du site va augmenter de 12 mégawatts. Les huit autres mégawatts étant affectés à Ngaoundéré.

A Djamboutou, le Minee a apprécié le niveau d’avancement du chantier. Les travaux de génie civil sont presque achevés. Les sites qui accueilleront les groupes sont en train d’être préparés. Une forte logistique est mobilisée pour faire face à la crise. Outre les autorités administratives locales, les directeurs généraux d’Eneo, de la Sonatrel et de la Scdp, entre autres, accompagnent le Minee dans cette mission qui va également le conduire à Maroua après Ngaoundéré en début de semaine.

Les questions d’eau ont été également évoquées, le manque d’énergie entraînant les coupures d’eau. Des solutions palliatives sont en train d’être trouvées. D’ici au 10 janvier prochain, la crise d’énergie qui frappe cette partie du pays sera « fortement jugulée » a promis le Minee.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire