avec un certain retard, le Parlement suisse dit oui



Comme le constatent les médias suisses, la Confédération figurait parmi les derniers pays d’Europe occidentale à ne pas autoriser le mariage pour tous, mais plus pour longtemps. Le Parlement vient d’adopter un texte en ce sens – qui devrait cependant être soumis à un référendum, à la demande d’un petit parti chrétien.

“Les parlementaires auront eu besoin de sept ans pour se faire à l’idée du mariage pour tous”, écrit la Radio télévision suisse (RTS), ce 18 décembre, après l’approbation finale du projet de loi autorisant le mariage homosexuel, né “d’une initiative parlementaire des Vert’libéraux déposée en 2013”.

Après un premier passage par chacune des chambres du Parlement helvétique, le texte a terminé son itinéraire parlementaire. Un parti a cependant annoncé son intention de demander un référendum sur ce texte, il s’agit de l’Union démocratique fédérale (UDF), un petit parti chrétien et très conservateur, comme le décrivait ce reportage du Temps. Ce référendum ne devrait pas faire obstacle à l’entrée en vigueur du nouveau texte, si l’on en croit un sondage réalisé au mois de novembre et cité par La Tribune de Genève, selon lequel “quatre Suisses sur cinq se disaient en faveur du mariage homo”.

“Au moins une bonne nouvelle”

Jusqu’ici, les couples homosexuels n’avaient le droit de souscrire qu’un “partenariat enregistré”, et ce depuis 2007. La nouvelle loi leur ouvre, avec le mariage, de nouveaux droits : “Le don de sperme pour les couples de lesbiennes, la naturalisation facilitée du partenaire et l’adoption conjointe, précise Swissinfo. L’adoption de l’enfant du partenaire est déjà autorisée depuis 2018, mais la procédure est longue et risquée.”

Pour La Tribune de Genève, le moment est historique, “car la politique s’ancre dans la modernité et la réalité. Ces familles existent. Encore fallait-il les reconnaître et les protéger.”

Honteusement à la traîne, l’un des derniers pays d’Europe occidentale à ne pas avoir autorisé le mariage pour toutes et tous enclenche, enfin, la première. Si 2020 manquait cruellement de bonnes nouvelles, en voilà une.”





A lire aussi

Laisser un commentaire