Bobo-Dioulasso : Le ministre Ambroise Niouga Ouédraogo rencontre les services de police de l’eau


Le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Ambroise Niouga Ouédraogo, a échangé, le vendredi 18 décembre 2020, avec les services de police de l’eau. Cette rencontre a pour but de réaffirmer l’importance du rôle desdits services et les encourager pour la noble et salvatrice mission qu’ils accomplissent régulièrement malgré les difficultés.

Il a été question, au cours de cette rencontre, de la présentation de la police de l’eau, ses bilans et activités, des échanges sur ses activités ainsi que des propositions pour plus d’efficacité et surtout comment contribuer à la visibilité de cette structure.

Créés en 2008, avec son premier service en 2014 dans les Hauts-Bassins, les services de police de l’eau sont présents dans toutes les 13 régions du Burkina Faso. Au cours de la rencontre, les 13 chefs de services régionaux ont reçu une lettre de félicitations et d’encouragements du ministre de l’Eau, Ambroise Niouga Ouédraogo.

La Police de l’Eau a pour objectif d’assurer l’application de l’ensemble des réglementations visant à limiter les atteintes quantitatives et qualitatives à l’équilibre de la gestion des ressources en eau superficielles et souterraines ainsi qu’aux milieux aquatiques du domaine public et privé.

Ambroise Niouga Ouédraogo, ministre de l’Eau et de l’Assainissement

Par ailleurs, elle assure la coordination des actions entreprises par les différents corps (gendarmerie, police nationale, police municipale, autres agents assermentés) ayant des compétences en matière de protection des ressources en eau.

Sa création est relative à l’insuffisance d’accès à l’eau (pour la boisson, l’hygiène, l’assainissement, les usages agricoles et pastoraux), la dégradation des écosystèmes, la pression croissante des secteurs économiques comme l’énergie, les mines et l’agriculture ainsi que les conflits frontaliers.

Ambroise Niouga Ouédraogo, ministre de l’Eau et de l’Assainissement

Ce qui a conduit le gouvernement à lancer au cours des années 90, un processus d’amélioration de la gestion de l’eau à travers différents plans et programmes à l’image de la Gestion intégrée des ressources en eau ou du PN-GIRE (Programme national pour la GIRE).

Ce qui a donc permis la création du premier service de la police de l’eau (SPE) en août 2014 dans la région des Hauts-Bassins dans l’espace de compétence de l’Agence de l’eau du Mouhoun.

Parmi les bilans dressés par la Police de l’Eau des Hauts-Bassins, on note la recette d’amendes pour 2020 qui est de 12 324 000F.

Remise de lettre de félicitations et d’encouragements du ministre en charge de l’Eau aux chefs de services régionaux de la police de l’eau

En termes d’acquis, il s’agit de l’implication des corps habillés dans la mise en œuvre de la police de l’eau, la prise de conscience de plus en plus accrue des usagers, le respect progressif de la réglementation par les producteurs d’eau potable, le contrôle régulier des eaux usées et autres polluants, la libération progressive des bandes de servitude des barrages et cours d’eau.

Cependant, elle reste confrontée à quelques difficultés telles que la mobilité du personnel, l’insuffisance de moyens financiers, l’insécurité qui feront l’objet d’échanges avec le ministre.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire