Cameroun: Amélioration de la prise en charge des patients – Le Minsanté dans les hôpitaux


Le Dr Manaouda Malachie a effectué des visites inopinées hier, dans quelques formations sanitaires de la Lékié.

Hier, le ministre de la Santé publique, Dr Manaouda Malachie, accompagné de son staff a effectué une visite inopinée dans cinq formations sanitaires du département de la Lékié. Les responsables n’étaient pas préparés pour la circonstance. Il est 11h environ lorsque le cortège franchit la barrière du district de santé d’Obala. Les hôtes s’introduisent dans les bâtiments. Sans tarder, ils commencent l’inspection. Direction, la pédiatrie. Dans les couloirs, ce sont les cris incessants d’un enfant qui attirent l’attention. Interné dans l’une des salles d’hospitalisation, le petit Mbassi Mvogo, se tord de douleur. L’enfant est sans soins. Les infirmières expliquent que le produit censé soulager sa douleur est introuvable dans les pharmacies de la localité.

« Il est hors de question de réagir de la sorte. S’il n’y a pas de médicament, il faut passer au plan B. Vous pouvez lui prescrire un médicament similaire ou encore le transférer dans un autre hôpital », a exhorté Manaouda Malachie. Pendant la visite, le mauvais état des lits d’hospitalisation a aussi attiré l’attention du ministre. Les responsables expliquent que d’autres lits sont dans le magasin. « Les lits ne sont pas faits pour être stockés mais pour être utilisés », rétorque le Minsanté, qui demande de mettre à l’aise les patients. Les problèmes d’électricité, d’insalubrité, de manque d’oxygène ont également été constatés dans cette formation sanitaire.

Dans la plupart des structures visitées, les responsables étaient absents. Au Centre de santé intégré de Nkolossan, la vente illicite de médicaments a été constatée tout comme les absences régulières du chef de centre. Le carton de médicaments retrouvé dans un coin a été confisqué et le chef de centre convoqué à Yaoundé.

Le staff s’est ensuite rendu au district de santé de Monatélé puis à Okola en passant par le Centre de santé intégré d’Elig-Ambassa. Ici Joël Ghislain Ohandza, infirmier supérieur, est le seul qui assure les soins aux patients. L’occasion faisant le larron, le jeune infirmier face à sa hiérarchie en a profité pour exposer les besoins criards de la formation sanitaire dont il a la charge. Il s’agit du manque de personnels ainsi que quelques matériels de travail. Attentif, Manaouda Malachie a promis d’y apporter des solutions dans les plus brefs délais.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire