Afrique: Financement/Covid-19 – La Banque mondiale veut aider 1 milliard de personnes à se faire vacciner


Fournir un accès juste et équitable aux vaccins sera essentiel pour gérer les répercussions sanitaires et économiques de la pandémie de Covid-19, a déclaré le président de la Banque mondiale ( BM), David Malpass.

Au sujet des efforts de la Banque mondiale (BM), l’objectif sera de fournir des vaccins aux personnes qui n’ont pas d’autres moyens de les obtenir. « Nous espérons, à la fin, avoir vacciné un milliard de personnes.Cela aidera donc les économies – parce que la Covid-19 pèse toujours sur les perspectives économiques », a déclaré David Malpass dans Devex.com

Espérant que les programmes de déploiement des vaccins puissent commencer au début de 2021, le président de la BM a décrit certains défis qu’il pouvait prévoir, notamment sur le plan logistique – donc la chaîne du froid et la livraison -; et sur le plan technique – le contrôle du programme de vaccination donc la conservation des registres des mécanismes de livraison; et la question de la communication liée à la sécurité du vaccin. En octobre, la BM a annoncé un fonds de 12 milliards de dollars pour les pays à faible revenu afin de financer l’achat et la distribution de vaccins, de tests et de traitements Covid-19 pour leurs citoyens.

La BM travaille actuellement sur des évaluations des capacités avec les pays, qui seront suivies d’opérations spécifiques qui aideront les pays à financer la chaîne de distribution et les mécanismes de conduite des programmes de vaccination. La pandémie de Covid-19 a porté un coup sévère à l’économie mondiale. Le choc massif et brutal produit par la pandémie de coronavirus (Covid-19) et par les mesures d’arrêt de l’activité prises pour l’enrayer ont plongé l’économie mondiale dans une grave récession, a souligné le patron de la BM. Ce qui représente la plus forte récession planétaire depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les pays les plus durement touchés sont ceux où l’épidémie a été la plus grave et ceux qui se caractérisent par une forte dépendance vis-à-vis du commerce mondial, du tourisme, des exportations de produits de base et des financements extérieurs. Bien que l’ampleur de la crise varie d’une région du monde à l’autre, tous les pays émergents et en développement souffrent de vulnérabilités accentuées par ces chocs exogènes. Le scénario de base qui prévoyait un rebond mondial à 4,2 % en 2021, avec un taux de croissance de 3,9 % dans les économies avancées et de 4,6 % dans les économies de marché émergentes et en développement est caduque.

Ce scénario tablait sur un reflux de la pandémie suffisant pour permettre la levée des restrictions nationales d’ici fin 2020. Selon un scénario plus pessimiste, l’économie pourrait chuter de 8 % au niveau mondial cette année, et de près de 5 % dans les économies émergentes et en développement, tandis que la reprise mondiale se limiterait à 1 % en 2021, au cas où on réussissait à avoir une emprise certaine sur l’épidémie.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire