Algérie: Covid-19 – Sonatrach a préservé ses capacités de production et évité d’importantes pertes


Alger — Le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a affirmé que les capacités de production du Groupe n’avaient pas été affectées par les difficultés rencontrées du fait de la propagation de la pandémie de la Covid-19, soulignant que la Société nationale des hydrocarbures avait évité d’importantes pertes et maintenu les équilibres financiers à moyen terme, grâce aux différentes mesures prises à cet effet.

« Depuis le début de la pandémie du nouveau coronavirus, Sonatrach a pris nombre de mesures urgentes pour préserver la sécurité de ses travailleurs et continuer à approvisionner le marché national et à remplir ses obligations contractuelles avec ses partenaires à l’étranger, mais cela ne signifie pas que le Groupe n’a pas rencontré de difficultés », a déclaré M. Hakkar dans un entretien paru dans la revue « Echaab- économie ».

Face à ces difficultés, le même responsable a souligné que grâce aux capacités organisationnelles à travers la mobilisation des cadres et le déploiement de toutes les capacités et moyens, « la situation a pu être maîtrisée », ajoutant que : « Nos capacités de production n’ont pas été affectées, alors que nos projets en cours de réalisation ont connu quelques perturbations, notamment après le départ des cadres étrangers ».

Conformément aux directives du Président de la République, Sonatrach a également pris des mesures strictes, notamment la révision du plan des projets d’investissement à court et moyen terme, et le lancement de la réduction des coûts d’exploitation pour tenter de les rationaliser d’une part, et le recours à la production et aux prestations nationales pour économiser les devises, d’autre part.

A cet égard, M. Hakkar a précisé que l’accent avait été mis sur la révision de tous les projets programmés et la priorité donnée au maintien des principaux projets d’investissement visant à préserver la production ou ceux inscrits dans le cadre de l’amélioration de la production.

Cette révision a conduit à « la réduction du budget d’investissement pour 2020 d’environ 35%, dont plus de 54% de dépenses prévues en devises ».

Concernant les dépenses d’exploitation, Sonatrach a créé une direction chargée de la rationalisation et de la baisse des dépenses à 30%.

Le bilan initial du Groupe est « plutôt rassurant », les dépenses d’investissement et d’exploitation ayant reculé à près de 54% par rapport aux prévisions, outre la réduction des transferts en devise d’environ 5 Mds USD, a-t-il expliqué.

Le même responsable a fait savoir, dans ce sens, que ces résultats permettront de « réaliser des bénéfices, bien que modestes, mais le plus important est d’éviter les pertes considérables afin de préserver les équilibres financiers de la société à moyen terme ».

-Examen de nouvelles opportunités d’investissement dans plusieurs régions du monde

S’agissant du partenariat dans le domaine gazier, M. Hakkar a affirmé que le Groupe avait conclu de nouveaux contrats et renouvelé les contrats qui touchaient à leur fin avec ses partenaires traditionnels notamment l’Italie et l’Espagne, ajoutant que Sonatrach procédait à l’examen de plusieurs opportunités d’investissement en Afrique, en Amérique du Sud et au Moyen-Orient.

Le Groupe Sonatrach a également intensifié ses contacts avec plusieurs compagnies pétrolières internationales afin d’examiner la possibilité d’établir un partenariat dans le domaine de l’exploration et de la production d’hydrocarbures en Algérie ainsi que sur la scène internationale.

Quant à la gestion du plan de maintenance du Groupe Sonatrach, le même responsable a fait savoir qu’elle a été effectuée de manière « efficace » au niveau de toutes les unités programmées.

Concernant la station d’injection de gaz de Hassi R’mel, le PDG a indiqué que ce projet visait à augmenter le taux de récupération des réserves du gisement de gaz naturel de Hassi R’mel avec un volume supplémentaire de près de 400 milliards de m3.

Ce projet, qui vient en troisième phase pour augmenter la compression de gaz de ce champ, compte trois stations, celle du sud mise en service en novembre dernier et deux autres stations nord et centre dont le taux d’avancement des travaux a dépassé 99 %. Leur mise en service est prévue pour le premier trimestre de 2021.

M.Hakkar a annoncé la couverture du déficit de l’essence au début 2021 et ce par l’injection de 4 millions de tonnes/an dans le marché national.

A une question sur l’exécution des instructions du Président de la République à propos de la comptabilité analytique, le PDG a déclaré que cette dernière tendait « à concrétiser l’engagement juridique de Sonatrach et rappelle le besoin pressant par rapport à la société en tant que groupe mondial pour se doter de cette comptabilité qui constitue un outil de contrôle par excellence ».

La comptabilité analytique vise également à définir et à expliquer les charges et les coûts des différentes fonctions de la société et à évaluer la marge bénéficiaire dans chaque activité ou filiale.

M.Hakkar a précisé que le Groupe oeuvre actuellement à mettre en place les mécanismes nécessaires pour mieux maitriser l’opération analytique à travers l’établissement des bases de traitement central des données ainsi que le lancement du processus de numérisation de la comptabilité des coûts par l’utilisation d’une série de programme de gestion intégrée.

Pour ce qui est du recrutement, le plan d’emploi annuel 2021 est en cours d’évaluation, a-t-il dit, ajoutant qu’un plan à moyen terme 2021-2025 sera décidé par le Conseil d’administration de la société.

En conclusion, le PDG de Sonatrach a réaffirmé l’engagement du groupe par rapport à la responsabilité sociale à travers le soutien de la politique sociale de l’Etat et l’établissement d’un lien entre la croissance économique des sociétés relevant du Groupe et le respect strict des critères de sécurité et d’environnement.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire