Affaire Navalny : les médecins allemands publient les détails de l’empoisonnement



Publié le 23 déc. 2020 à 16:16

Le rapport tombe à point nommé. Alors que les autorités russes et européennes s’écharpent à coups de sanctions sur cette affaire , les médecins berlinois qui ont soigné Alexeï Navalny ont rendu publics mercredi les détails cliniques de son empoisonnement au Novitchok. L’opposant russe s’est félicité de la publication de cette « preuve » médicale que réclamait Moscou depuis des mois.

« Un empoisonnement grave avec un inhibiteur de la cholinestérase a été diagnostiqué à la Charité », expliquent les scientifiques dans cet article de quatre pages paru dans la revue The Lancet qui retrace pour la première fois les symptômes déclenchés par l’agent neurotoxique du groupe Novitchok mis au point par l’URSS dans les années 1980.

« La vérification de l’implication d’un agent Novitchok n’a été réalisée que plusieurs jours après avoir établi le diagnostic d’empoisonnement et n’a pas affecté les décisions thérapeutiques », poursuivent-ils.

Coma

Selon l’article publié avec le consentement d’Alexeï Navalny, l’opposant russe est, après l’apparition de ses premiers symptômes, tombé dans le coma, son rythme cardiaque a fortement ralenti et la température de son corps est tombée jusqu’à 33,5 degrés Celsius.

« Son bon état de santé avant l’empoisonnement a probablement favorisé son rétablissement », expliquent les scientifiques, contredisant les conclusions des médecins russes qui ont un temps mis en cause l’hygiène de vie et l’état de santé générale d’Alexeï Navalny.

Allégations « délirantes »

Critique féroce du régime de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny est tombé gravement malade le 20 août à bord d’un avion en Sibérie, pendant qu’il était en campagne électorale pour des scrutins locaux et régionaux. Après avoir été soigné dans un hôpital sibérien, il avait été transféré à l’hôpital berlinois de la Charité d’où il est sorti quelques semaines plus tard.

Depuis, il accuse les services secrets russes d’avoir été derrière la tentative de l’assassiner, des allégations jugées « délirantes » par Moscou qui niait toujours jusqu’ici qu’il ait été empoisonné, faute d’avoir eu accès à des preuves d’intoxication.

Alexeï Navalny a d’ailleurs réagi mercredi avec ironie à ce sujet sur son compte Facebook : « Le plus important est que Vladimir Poutine soit soulagé. A chaque conférence de presse, il s’exclamait en agitant les mains ‘quand donc les Allemands nous fourniront-ils leurs données ?’ Ca n’a plus d’importance maintenant, les données médicales sont désormais publiées et disponibles pour le monde entier ». L’Union européenne avait exigé des explications de Moscou et pris des sanctions auxquelles la Russie a répliqué mardi par des contre-mesures.

Source AFP



A lire aussi

Laisser un commentaire