Burkina Faso : Un pays de jeunes


Le Premier ministre Christophe Dabiré a présidé, le mardi 22 décembre 2020 à Ouagadougou, la cérémonie de présentation des résultats préliminaires du cinquième Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH). Elle a été couplée à la Journée africaine de la statistique. Cette journée a eu pour thème « Moderniser les systèmes statistiques nationaux pour fournir des données et des statistiques en vue de soutenir la paix et le développement durables en Afrique ». La restitution de ces résultats vise à mettre à la disposition des acteurs nationaux et des partenaires, des données afin de leur permettre de mieux mener leurs activités de développement, en attendant la production des résultats définitifs.

Dans le but de fournir des données récentes, fiables et suffisamment détaillées sur les caractéristiques socioéconomiques de la population au Burkina Faso, l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) a livré les résultats préliminaires du cinquième Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH). De ces résultats, on note que la population continue de croître à un rythme soutenu. De 2006 à 2009, la population burkinabè est passée de 14 017 262 à 20 487 979 habitants. Cela correspond à un taux d’accroissement démographique intercensitaire de 2,93%.

Evolution de l’effectif de la population.

Ce chiffre comprend les ménages ordinaires, les ménages collectifs, la population des sans-abris et celle des représentations du Burkina Faso à l’étranger. La population burkinabè est composée de 9 894 028 hommes et 10 593 951 femmes. Les femmes représentent 51,7% de la population résidente. Concernant la densité de la population, elle est passée de 51,4 habitants par km² en 2006 à 75,1 habitants par km² en 2019. « Les résultats de ce cinquième RGPH vont permettre de mieux appréhender les besoins sociaux de base en santé, éducation, formation, alimentation, emploi, logement, etc. », a déclaré le ministre en charge de l’Economie, Lassané Kaboré.

Etat et structure de la population burkinabè.

La population du Burkina Faso est majoritairement rurale. Environ trois individus sur quatre (73,7%) vivent en milieu rural. Quant à la population urbaine, elle s’élève à 5 393 305 individus et constitue 26,3% de la population totale. Concernant le rapport de masculinité, on note 95 hommes pour 100 femmes en milieu urbain, alors qu’en milieu rural, ce rapport est de 93 hommes pour 100 femmes.

Des officiels à la cérémonie.

Les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, selon les résultats préliminaires, sont les deux plus grands pôles urbains du pays. En 2019, Ouagadougou comptait 2 453 496 habitants ; et Bobo-Dioulasso, 903 887 habitants, soit respectivement 12% et 4,4% de l’ensemble de la population. Ces deux grandes villes regroupent plus de la moitié (62,2%) de la population urbaine. Ouagadougou abrite, à elle seule, 54,4% de la population urbaine du pays.

Evolution de la densité de population (habitants/km2).

La population burkinabè est majoritairement jeune. En effet, plus de 77,9% de la population a moins de 35 ans. Les enfants de 0-4 ans représentent 16,2% de la population totale. La population âgée de moins de 15 ans représente 45,3% de la population globale tandis que la proportion de la population active (15-64 ans) est de 51,3 %. A peine 3,4% de la population est âgée de 65 ans ou plus.

Evolution de la densité de population (habitants/km2).

Journée africaine de la statistique

Pour la 30e Journée africaine de la statistique, elle a été célébrée cette année en différé pour diverses raisons. Le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays, veut, à travers cette célébration, montrer à l’opinion publique l’importance des statistiques. Et selon le directeur général adjoint de l’INSD, Bernard Béré, « cette journée a été instituée pour montrer toute l’importance de la statistique dans la vie socioéconomique et aussi sensibiliser le grand public sur l’importance des statistiques dans la vie socio-économique des nations ».

Etat et structure de la population burkinabè.

Pour le Premier ministre Christophe Dabiré, « au regard des résultats, nous ne pouvons qu’être heureux et satisfait du dénouement positif de cette opération. Il est important de souligner que les statistiques font partie des instruments de planification du développement de notre pays. Nous allons exploiter au mieux l’ensemble des données préliminaires pour pouvoir élaborer de façon conséquente le nouveau référentiel de développement que nous allons mettre en place ».

Le Premier ministre Christophe Dabiré.

Les résultats définitifs et les analyses de ce cinquième Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) sont attendus en mai 2021.

Issoufou Ouédraogo

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire