Café-Cacao : le DG du Conseil expose la politique de rémunération du travail des producteurs aux députés ivoiriens



Le directeur général du Conseil café-cacao, Koné Brahima Yves a exposé « la politique et les mécanismes de fixation de prix pour une meilleure rémunération du travail des producteurs de la filière café-cacao » aux députés ivoiriens, ce mardi 22 décembre, lors d’une séance d’information parlementaire à l’assemblée nationale au Plateau.

L’exposé du directeur général du conseil café-cacao a permis aux députés de cerner notamment le principe de Différentiel de Revenu Décent (DRD) qui garantit une marge aux producteurs ivoiriens de café et de cacao.
Selon M. Koné Brahima, le DRD permet de corriger « l’injustice faite aux producteurs locaux par le marché international ». En clair, le principe de DRD permet de fixer une prime de 400 dollars américains (soit 200.000 francs CFA) par tonne à reverser aux producteurs locaux, en vue de faire face aux variations du marché boursier en assurant une sécurité dans la fixation du prix du cacao.

Au début de ce mois de décembre 2020, le Conseil Café Cacao avait lancé une offensive contre deux géants chocolatiers américains(Hershey’s et Mars), les accusant de ne pas payer cette prime spéciale destinée à mieux rémunérer les agriculteurs produisant le cacao. Mais au final, la firme Hershey se serait engagée à payer cette prime.
En outre, face aux députés, M. Koné a évoqué les ambitions des autorités ivoiriennes de transformer localement et entièrement le cacao ivoirien d’ici moins d’une dizaine d’années.

« En 2015, le Gouvernement a annoncé qu’en 2020 on devrait parvenir à transformer 50% de la production. Actuellement, nous sommes autour de 29 %. Selon les vœux du Président Alassane Ouattara, d’ici huit ans, plus rien ne devrait sortir de la Côte d’Ivoire comme fèves de cacao », a déclaré le DG du Conseil café cacao.
Aussi, il a annoncé la construction de nouveaux magasins de stockage à Yopougon et à San Pedro pour atteindre 300 000 tonnes et également la construction d’usines de transformation de 50 000 tonnes dans ces deux localités.

Rk



newsabidjan

A lire aussi

Laisser un commentaire