Arrestation d’Alpha Condé : » je ne suis pas porteur de casseroles », réagit Ghoureissy Condé | Africa Guinee


CONAKRY-Dans son nouveau livre intitulé « L’Arrestation d’Alpha Condé », qui vient de paraître, Ibrahima Kalil Konaté K2, a cité Sékou Ghoureissy Condé et l’actuel premier ministre Kassory Fofana comme étant ceux qui étaient « les plus acharnés » lors de l’arrestation d’Alpha Condé en 1998 à Piné. A l’époque des faits, M. Condé, actuel député, était ministre de la Sécurité. Africaguinee.com l’a interrogé pour avoir sa réaction suite à ces « nouvelles révélations », qui sortent tout de même, à la veille d’un remaniement ministériel. Le leader de l’Alliance pour le Renouveau National (ARENA) indique qu’il n’est pas un porteur de casseroles.

« C’est vous qui m’avez informé, malheureusement c’est de la même manière qu’on m’a informé lorsque le professeur a été arrêté (rires). Après 20 ans, ce n’est pas le passage d’un livre dont on a besoin, c’est des preuves maintenant. Nous cherchons la normalisation des relations politiques et sociales. Quand on n’a pas une preuve et lorsqu’une situation qui a connu un procès pendant six mois, nulle part pendant le procès on a parlé de Ghoureissy Condé, premièrement. Deuxièmement le président de la république a lui-même publié des livres, nulle part il n’a parlé de Ghoureissy Condé. Troisièmement, quand même il y a des supporters, adversaires dans la vie, mais personne n’a sorti un élément sonore, ni un document qui soit lié à la préméditation, à l’organisation ou à l’arrestation du professeur Alpha Condé.

Je suis beaucoup plus victime que coupable dans cette affaire-là. Parce que quand-même j’ai une famille, des parents, des amis, des collaborateurs, des promotionnaires qui se posent la question. Mais aujourd’hui la nature de mes relations avec le président, son principal opposant, les autres challengers et les autres chefs d’Etat de la sous-région montrent quand-même que je ne suis pas porteur de casseroles. Je suis très étonné que cela vienne de monsieur K2.  

Je ne veux pas engager une polémique, mais je dis tout simplement que par rapport à cette question, tant que quelqu’un ne donne pas des preuves juridiques ou même des témoignages simples pour dire que ça s’est passé devant telle personne, je n’ai pas envie d’en parler. J’étais en exile aux États-Unis d’Amérique pendant neuf ans. Il y a un cabinet d’avocats qui a exploré ce document de bout en bout sans aucune forme de preuve. Jamais ! Si je dois passer le reste de ma vie à me justifier ou à expliquer alors que le président lui-même a répondu en disant que ‘’ ce sont les militaires qui l’ont arrêté’’. Donc je ne sais pas d’où ça vient ? Dans quel but ? Sur quelle base ? Mais en tout cas ça ne va pas dans le sens de l’union, de la paix entre les guinéens que nous souhaitons de tous nos vœux ». 

Nous y reviendons !

Siddy Koudara  Diallo

Pour Africaguinee.com



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire