Afrique Centrale: Bdeac – 100 milliards de F d’emprunt obligataire


L’appel public à l’épargne lancé hier à Douala et Yaoundé par le président de cette institution sous régionale contribuera notamment au financement de son plan stratégique 2017-2022.

100 milliards de F. C’est le montant de l’emprunt obligataire par appel public à l’épargne lancé depuis peu par la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac). Au Cameroun, l’opération a été lancée hier, 23 décembre, à Douala, puis à Yaoundé, par le président de la Bdeac, Fortunato Ofa-Mbo Nchama. Les souscriptions ouvertes le 21 décembre dernier vont s’achever ce 29. Les officiels de la Bdeac ont cependant précisé que les souscriptions pourraient se poursuivre si le plafond d’emprunt fixé n’est pas atteint à cette date. Le taux d’intérêt est fixé à 5,45%.

A en croire Fortunato Ofa-Mbo Nchama, cet emprunt obligataire est ouvert à toute personne physique ou morale résidant ou non en zone Cemac. D’où le montant minimal de souscription fixé à 15 obligations de 10.000 F chacune, soit 150 000 F. Les souscripteurs disposant de comptes dans les micro-finances ont également la possibilité d’acheter ces titres. Les intérêts de l’emprunt seront payés annuellement à partir du premier anniversaire de la date de jouissance de l’emprunt. Quant au remboursement du capital, il se fera avec deux ans de différé, soit à partir de la troisième année.

Parlant de la sécurité de l’opération, le représentant du consortium des banques, Louis Banga Ntolo, a soutenu que l’emprunt obligataire se fait dans un cadre réglementaire strict et a obtenu l’autorisation de la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale (Cosumaf). De plus, pour éviter le blanchiment d’argent, l’opération est dématrialisée.

Les fonds serviront à financer les projets des secteurs public et privé. Les fonds levés permettront aussi de financer la mise en œuvre des projets intégrateurs prioritaires du Programme économique régional de la Cemac en monnaie locale. A ce propos, les experts de la Bdeac ont fait savoir que les titres de la Bdeac étant exonérés d’impôts et de taxes dans l’ensemble des pays de la Cemac, les souscripteurs bénéficieront d’une garantie de rentabilité, de sécurité et de liquidité fondée sur les performances de l’institution et son actionnariat diversifié. L’opération vise également à orienter les ressources de la zone vers la couverture des besoins financiers du système productif, créateur d’emplois et de richesses dans la sous-région. Avant le Cameroun, la caravane de la Bdeac a séjourné au Tchad, au (Gabon) et au Congo.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire