Afrique de l’Ouest: 5e Recensement général de la population – Le Burkina franchit la barre des 20 millions


En marge de la célébration de la Journée africaine de la statistique cette année, l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) a donné, au cours d’une cérémonie tenue le mardi 22 décembre 2020 à la direction générale des douanes à Ouagadougou, les résultats provisoires du 5e Recensement général des populations et de l’habitation (RGPH), qui a eu lieu du 16 novembre au 15 décembre 2019 ; il en ressort que nous sommes 20 487 979 personnes avec 51,7% de femmes et 48,3% d’hommes. A cette activité, il était aussi question de la deuxième session ordinaire du Conseil national de la statistique de l’année.

Le Recensement de la population et de l’habitation (RGPH) en 2019 a livré, lors de la célébration de la journée africaine de la statistique cette année sous le thème « Moderniser les systèmes statistiques nationaux pour fournir des données et des statistiques en vue de soutenir la paix et le développement durables en Afrique », son verdict, du moins pour ce qui est des résultats provisoires :20 487 979 personnes avec 51,7% de femmes et 48,3% d’hommes.

En qualité de directeur général de l’Institut national de la statistique et de la démographie, Boureima Ouédraogo a expliqué que cette population est majoritairement jeune et que les habitants en milieu urbain représentent 26,3% et ceux en milieu rural constituent 73,7% de cette population. Pour lui, sur plus de 19 milliards prévus, l’opération de recensement a coûté 17,8 milliards avec 56% du financement assuré par l’Etat, et le reste par les partenaires techniques et financiers. Elle a aussi nécessité la mobilisation de plus de 28 000 agents contrôleurs et recenseurs. Même si les choses ont abouti, le DG de l’INSD a déploré des incidents lors des collectes des données au nombre desquels des agressions d’agents sur le terrain, des tentatives d’enlèvements et des pertes d’équipements.

Pour le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, présent à la présentation de ces résultats, le recensement général de la population constitue un pilier central qui conditionne la réalisation de nombreuses autres enquêtes, et cela, d’autant plus que la mise en œuvre des politiques et programmes de développement exige la disponibilité de données statistiques socio-démographiques et économiques fiables et actualisées pour mesurer les progrès réalisés et s’assurer de leur adéquation avec les besoins réels des populations.

De ce fait, les résultats partagés, en dépit de leur caractère provisoire, serviront selon lui à mieux appréhender les besoins sociaux de base en santé, éducation, formation, alimentation, emploi et logement et aux acteurs nationaux, aux partenaires, dans le cadre de leurs activités de développement en attendant la production des résultats définitifs. Outre la présentation des conclusions de l’opération du 5e RGPH, il était question de la tenue de la deuxième session ordinaire du Conseil national de la statistique de l’année pour examiner et adopter le projet de quatrième schéma directeur de la statistique qui constituera le référentiel national de développement de la statistique de notre pays durant la période de 2021-2025.

Pour le patron de cette cérémonie, Christophe Joseph Marie Dabiré, chef du gouvernement, si au départ bon nombre de gens doutaient de l’aboutissement du recensement au regard de facteurs tels que l’insécurité, la réalité est tout autre suivant ce qui a été exposé par le DG de l’INSD concernant les résultats. Et d’ajouter qu’on ne peut qu’être heureux de ce dénouement. Par ailleurs, dans ces données, il y a des indicateurs extrêmement importants qui, selon lui, montrent que nos politiques publiques doivent aujourd’hui principalement porter sur l’autonomisation des femmes et le développement de la jeunesse.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire