Atrocités ethniques à Macenta : Le bilan s’alourdit, des citoyens fuient la ville… | Africa Guinee


MACENTA-La situation reste confuse à Macenta où un affrontement à relent ethnique a éclaté entre Tomamanians et Tomas, les deux ethnies majoritaires de la préfecture. Un calme précaire a régné ce dimanche 27 décembre 2020, dans la commune urbaine, sous surveillance de l’armée, un couvre-feu a été instauré.

Plusieurs citoyens ont cependant fui la ville pour se réfugier dans des villages environnants ou en brousses, selon des témoignages recueillis sur le terrain. Les renforts venus de Nzérékoré et de Gueckedou pour appuyer les unités de défense de Macenta, ont permis d’adoucir la tension ce dimanche. Mais le bilan macabre des violences s’est alourdit. Selon un bilan officiel, 11 personnes ont perdu la vie dans ces atrocités tandis que 30 personnes été blessées.

Une réunion d’urgence a été convoquée par Mohamed Gharé, Gouverneur de la région de Nzérékoré à la résidence du préfet pour prendre des dispositions afin de calmer les deux camps. Etaient présents, à cette rencontre, le patriarche et le notable mania ainsi que des cadres de la préfecture.

‘’Les violences qui ont eu lieu à Macenta ont fait un bilan de 11 morts et 30 blessés’’, a confié Mohamed Gharé, gouverneur de la région administrative de Nzérékoré, ajoutant que toutes les dispositions sont prises pour faire cesser les violences. Les sages des deux ethnies en conflit ont pris l’engagement devant le gouverneur de sensibiliser les protagonites à arrêter les violences. Ils ont appelé à la paix.

Si les autorités annoncent la mort de 11 personnes, des sources non officielles parlent de plusieurs dizaines de morts dans ces affrontements.  De peur d’être tuées, plusieurs familles ont quitté la ville dans la journée pour aller se réfugier dans des villages ou en brousse. D’autres qui étaient prises en otage, ont été secourues par l’armée et conduites au camp militaire de la ville.

La cérémonie de remise des édifices dont la chambre froide, le siège du RPG et la maison du patriarche a été annulée. Dans la journée de demain lundi, la délégation venue de Conakry pour la circonstance, en sa tête le ministre Oyé Guilavogui, va juste procéder à la remise des clés de la maison du patriarche, a-t-on appris.

Interrogé dans la journée de ce dimanche 27 décembre 2020, un citoyen nous a confié que la tension est toujours palpable. « Dans la journée, un groupe a débarqué à Galédazou dans l’intention de détruire la maison (du patriarche). Il y a des villages voisins aussi qui ont défendu les lieux en s’opposant catégoriquement à la destruction de la bâtisse. Donc, il y a toujours un bras de fer autour de cette maison», indique une source anonyme.

‘’Le gros du problème, les forces de l’ordre qui sont rentrées ne descendent pas dans les quartiers. Ils sont en train de faire des patrouilles dans les ruelles mais les affrontements se passent dans les quartiers. Au quartier Mohamed 5 d’où je vous parle, des citoyens sont en train de fuir, ils vont vers la brousse. Chacun des deux belligérants a des armes traditionnelles. Nous-mêmes, nous sommes là en train de les voir passer avec quelques blessés graves’’, ajoute un citoyen.

A suivre…

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré.

Tél : (00224) 628 80 17 43



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire