Cameroun: Caféiculture – L’Uccao se relance


Le Minader a récemment présidé l’élection et l’installation du nouveau top management de la coopérative.

Placide Nguefack est le nouveau président du conseil d’administration de l’Union centrale des sociétés coopératives agricole de l’Ouest (Uccao). Seul candidat briguant ce poste, il a été élu avec le soutien de 59 des 60 membres de l’assemblée générale qui s’est tenue le 17 décembre dernier. Le nouveau PCA qui est en outre chef du groupement Fossong-Wentcheng dans la Menoua, sera secondé par un autre chef. SM Mitterrand Moumbé Fotso, le chef Bamougoum, qui a été plébiscité par 58 des 60 votants au poste de vice PCA.

Leur principale mission comme l’a rappelé Gabriel Mbairobé, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader) qui a supervisé cette élection et présidé l’installation officielle des promus le 18 décembre dernier, sera de redorer le blason de l’Uccao en la dotant d’une administration forte, dynamique, qui va opérer pour la révolution, la modernisation agricole. « Vous devez faire en sorte que l’Uccao quitte les commissariats, les prétoires des tribunaux, les citations des huissiers pour se retrouver dans des salles des délibérations, ou seul l’intérêt général et l’intérêt de l’Uccao vont prévaloir. Plancher sur les techniques agricoles et les rendements les plus élevés à produire, faire en sorte que le café camerounais soit consommé dans tous les espaces », précisera le Minader.

Le nouveau PCA qui est né le 22 octobre 1958, devra mettre en exergue son expérience de financier, d’ancien député de la 9e législature (2013-2019) et ses multiples autres atouts, pour que l’Uccao, jadis considérée comme le fleuron de la culture du café à l’Ouest et même au Cameroun remette le pays, au premier rang des producteurs de café. L’équipe en place a été instruite par le Minader, de travailler « pour faire entrer l’Uccao dans une ère de gloire. Une ère ou l’entreprise coopérative jouera effectivement son rôle, dans la solidarité de ses membres. Une ère où l’administration va considérer l’Uccao comme son bras séculier pour le développement de la caféiculture, pour le développement de notre économie et pour la sécurité alimentaire ».



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire