Afrique Centrale: Sécurité dans le golfe de Guinée – priorité au renseignement


Au cours de travaux qui se sont achevés le 22 décembre dernier à Yaoundé, les experts ont aussi convenu de faciliter la mise en commun des ressources pour lutter contre la criminalité maritime.

Encourager l’échange de renseignements, faciliter les efforts et la mise en commun des ressources dans le cadre du combat contre la criminalité transfrontalière maritime dans le Golfe de Guinée. Ce sont les deux principales recommandations auxquelles sont parvenus les participants à la première réunion du Comité technique des experts sur la sécurité et la sûreté maritimes dans le golfe de Guinée. Favorisée par les chefs d’Etat Paul Biya du Cameroun, Ali Bongo Ondimba du Gabon, Téodoro Obiang Nguema de la Guinée équatoriale et Muhammadu Buhari du Nigeria, cette rencontre s’est achevée le mardi 22 décembre dernier. Elle a été instruite par les quatre ministres en charge de la Défense des pays membres dudit Comité.

Pendant deux jours, les experts ont concentré leurs efforts sur des questions d’intérêt commun. Ils ont examiné le projet du protocole d’accord entre les quatre pays. Un document qui doit aboutir à la mise en place de mesures concrètes de lutte contre la piraterie, le terrorisme et tous les autres actes de criminalité maritime. En présidant la cérémonie de clôture desdits travaux, le secrétaire général du ministère de la Défense, Saïd Kamsouloum, a formulé le vœu de voir les résolutions prises au cours des assises de Yaoundé implémentées avant la prochaine rencontre. D’autant que « les experts ont été à la hauteur de leur mission, en balisant parfaitement le chemin pour les discussions multilatérales qui conduiront, à très court terme, à la validation du processus pour un travail d’ensemble dans nos espaces maritimes communs », a-t-il déclaré. Le secrétaire général du ministère de la Défense a salué la contribution efficiente de tous les participants, les chefs de missions diplomatiques en poste au Cameroun, les officiers généraux des différentes armées, ainsi que des experts.



actuniger

A lire aussi

Laisser un commentaire