Argent contre bébés, la Corée du Sud tente de relancer sa natalité



Depuis 2019, la Corée du Sud affiche le taux de fertilité le plus faible du monde. Les autorités viennent d’annoncer un programme d’aides aux parents. Mais cela suffira-t-il pour enrayer le déclin démographique ?  

Kim Seung-pyo et Do Ara, respectivement 33 et 31 ans, ont fêté récemment leur premier anniversaire de mariage, raconte The South China Morning Post. Ils ont une maison et tous les deux un emploi stable, l’heure serait venue de fonder une famille, d’autant que Kim a toujours rêvé d’avoir au moins trois enfants. “Pourtant, l’achat d’un couffin n’est pas pour tout de suite”, écrit le journal.

Pour ce couple – lui est livreur, elle enseignante -, avoir un enfant est trop coûteux. En renonçant, pour l’heure à avoir une famille, Kim et Do sont loin, aujourd’hui, d’être une exception en Corée du Sud. Entre 2015 et 2019, le pays a dénombré 1 million de jeunes couples (mariés ou non). “Plus de 40 % de ces couples n’ont pas eu d’enfants, selon Statistics Korea”, souligne le South China Morning Post.

0,84 enfant par femme

L’an dernier, la Corée du Sud est devenue le pays au taux de fécondité le plus faible au monde avec 0,92 enfant par femme. Une tendance qui s’aggrave, ce taux ayant chuté à 0,84 au troisième trimestre 2020. À titre de comparaison, le taux de fécondité moyen parmi les pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) s’élève à 1,65, et on situe à un peu plus de 2 le taux de fécondité minimum pour qu’une population ne décroisse pas.

Ce sont ces chiffres alarmants qui ont incité les autorités sud-coréennes à réagir. La semaine dernière, le

[…]

Source

 
Le grand quotidien de langue anglaise de Hong Kong est depuis avril 2016 la propriété de Jack Ma (Ma Yun), patron du géant du commerce électronique chinois Alibaba. Cette acquisition a suscité de fortes craintes que la liberté de ton et la

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire