arrestation d’un imam accusé de viols en série



Les autorités de  la province d’Ouazzane, ville située au Nord-ouest du Maroc, ont procédé à l’arrestation d’un imam pratiquant dans plusieurs mosquées. Et pour cause, de nombreuses accusations pour des cas de viols ont été portées à son encontre.

A la tête de la section locale de la Ligue marocaine de défense des droits de l’Homme, Noureddine Othman révèle que cette arrestation fait suite à une plainte déposée par une personne au niveau des services de sécurité à Ouazzane ; dans laquelle elle révèle le viol de son fils mineur par cet imam. Et ce, durant trois longues années.

À en croire Alyaoum 24, une plainte antérieure à celle-ci avait été déposée au niveau de l’ONG par un proche de la victime présumée, c’est ensuite que les services de sécurité ont été mis au parfum de l’affaire.

Après avoir auditionné la victime présumée, les éléments de la police judiciaire de la province ont d’abord traqué le suspect avant de procéder à son interpellation dans un café de la ville où il se trouvait, rapporte Noureddine Othman.

Toujours d’après la même source, plusieurs autres éléments de preuves incriminant l’imam sont en possession de l’association, soulevant aussi d’autres cas de viol, sous la couverture de sa posture d’imam d’un groupe de mosquées dans la province de Ouazzane. Ce n’est pas la première fois qu’un imam est impliqué dans des cas de viol au Maroc.

En octobre dernier, un imam, qui violait les fidèles, avait été condamné par la Cour d’appel d’Oujda, au Maroc, pour charlatanisme, adultère et chantage. La Cour d’appel d’Oujda, au Maroc, avait maintenu l’ensemble des chefs d’accusation retenus contre lui, confirmant le jugement rendu en première instance, condamnant le mis en cause à 10 ans de prison ferme.

En juin dernier, les éléments de la police de Fkih Ben Saleh ont procédé à l’interpellation d’un imam et de son assistante qui recevaient des clients dans un appartement loué. Les deux mis en cause, un charlatan âgé de 36 ans et de son assistante de 31 ans, avaient été arrêtés suite à



Afrik

A lire aussi

Laisser un commentaire