Atrocités ethniques à Macenta : Lansana Kouyaté et Bah Oury interpellent le Gouvernement… | Africa Guinee


CONAKRY-Alors qu’une dizaine de citoyens ont atrocement perdu la vie dans violences interethniques ce week-end dans la ville de Macenta, le gouvernement garde encore le silence. 72 heures après ces évènements tragiques aucune communication officielle n’a été faite. C’est l’omerta totale. Le calme, bien que précaire, est fort heureusement revenu dans la cité sinistrée.

Si le gouvernement a opté pour le silence pour le moment sur ces violences, ce n’est pas le cas chez l’opposition, qui quasi-unanimement a regretté ces violences. C’est le cas de Bah Oury et Lansana Kouyaté. Le leader du PEDN interpelle le gouvernement lui demandant de mener des investigations en vue d’aboutir à la protection des biens et de la vie des personnes.

« Il y a 72 heures, les enfants d’une même préfecture Macenta s’affrontent en faisant de nombreux morts et de blessés. Cette situation est d’autant regrettable que malgré les différences entre Manian et Toma, ils ont toujours partagé les mêmes espaces de vie.

Leur vivre ensemble semble être menacé pour différentes raisons dont la principale est simplement le repli sur l’identité. En cette douloureuse occasion, je lance un appel vibrant à toutes les filles et tous les fils de Macenta pour que les hostilités s’arrêtent quels qu’en aient été les motifs. Ils vivront toujours ensemble partageant les peines du quotidien, et vivant d’espérance pour l’avenir.

Ils ne doivent accepter aucune manipulation de quelque origine que ce soit. Je réitère mon appel à tous les fils et toutes les filles de Macenta quelque soit leur appartenance politique et ethnique pour faire preuve de cohabitation pacifique légendaire qui leur est connue, en arrêtant immédiatement les violences afin de travailler à réduire les frustrations, panser les plaies et revivre l’unité.

Le gouvernement de la République doit tout mettre en œuvre pour mener les investigations possibles en vue d’aboutir à la protection des biens et de la vie des personnes. Nous présentons nos condoléances les plus émues à tous ceux qui ont perdu les leur durant cette confrontation inutile voire nuisible », a réagi Lansana Kouyaté.

Pour Bah Oury, les violences intercommunautaires à Macenta font ressurgir le spectre des antagonismes latents dans cette partie du territoire national. Il a appelé les autorités guinéennes à réagir au plus tôt pour ramener le calme et la sérénité.

« Ces faits tragiques ne sont pas à banaliser. Ils méritent notre attention. Les autorités guinéennes doivent réagir au plus tôt pour ramener le calme et la sérénité. Les leaders des communautés toma et mania doivent aussi s’impliquer pour stopper les violences et les tueries avant l’embrasement généralisé. C’est une course contre la montre. Le vivre ensemble est hélas sérieusement malmené par le type de gouvernance au pouvoir. Tout est régi selon le prisme de l’appartenance ethnique pour l’accès au poste juteux de l’administration. Cela a attisé les rivalités et les appétits qui sont dès lors instrumentalisés« , déplore Bah Oury.

 

Focus Africaguinee.com

 



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire